24eme journée : Des enjeux à tous les étages

le
0

Après les finales européennes, le Top 14 reprend ses droits avec notamment le sprint final en vue du Top 6. Un dénouement palpitant avec deux chocs : Montpellier - Bordeaux-Bègles et Clermont - Stade Français.

AGEN - TOULON : VICTOIRE IMPERATIVE POUR LE RCT

Un match aux antipodes. Troisième, Toulon se rend chez la lanterne rouge Agen. Si le SUA n’a plus rien à jouer puisque sa descente en Pro D2 est actée, le RCT a tout intérêt à gagner sous peine de voir s’éloigner les deux premières places et la qualification directe en demi-finales. Avant la trêve européenne, les Varois s’étaient rassurés à domicile face à Castres (17-7), et ce, notamment, dans le combat. A contrario, les Lot-et-Garonnais ont subi la furia toulousaine avec une cuisante défaite (52-19). Chose est sûre, les visiteurs auront le couteau entre les dents tant la victoire est impérative. D’autant plus qu’un succès à l’extérieur permettrait aux hommes de Bernard Laporte de basculer dans une nouvelle spirale positive après avoir connu une mini « crise ». Les absents agenais de marque : Giraud (dos), Roux (ischio-jambiers), Du Preez (genou), Paris (genou), Balès (cheville), Nakosi (genou), Mazars (cervicales), Demotte (cervicales) Les absents toulonnais de marque : Tillous-Borde (genou), Manoa (genou), Mitchell (pubalgie), Etrillard (cervicales). Le joueur agenais à surveiller : Antoine Erbani. Le troisième ligne agenais s’est montré très actif face à Toulouse le week-end dernier malgré la déroute de son équipe. A suivre... Le joueur toulonnais à surveiller : Ma’a Nonu. Pas toujours à son aise depuis son arrivée, le trois-quarts centre All Black s’est retrouvé face à Castres. La décla agenaise : Marc Baget, troisième ligne centre : « Notre fin de saison est intégrée sur la prochaine, où l'on devra se racheter de ces défaites ». La décla toulonnaise : Mourad Boudjellal, président : « J'aime beaucoup le projet de jeu d'Agen qui ne pratique pas un rugby minimaliste. Le SUA reviendra en Top 14. »

RACING 92 - PAU : DIGÉRER POUR LES FRANCILIENS

Le Racing 92 doit repasser en mode Top 14. Après sa défaite en finale de la Champions Cup face aux Saracens (21-9), les Franciliens sont déçus d’être passés si près d’un titre historique pour le club. Pourtant la saison est loin d’être finie. Quatrièmes au classement, les Ciel et Blanc voient revenir Toulouse à vitesse grand V dans la course aux places directes en demi-finales. Les joueurs des deux Laurent doivent donc gagner pour écarter la menace ou du moins la tenir à distance. De son côté, Pau a profité de la trêve européenne pour se ressourcer. Avant cette semaine, les Béarnais ont concédé une défaite sur leur pelouse face au leader clermontois (16-10). Si les Palois n’ont plus réellement d’objectif au classement, ils voudront terminer sur une bonne note à commencer par ce week-end où ils n’auront rien à perdre. Les absents franciliens de marque : Dumoulin (cheville), Machenaud (commotion), Carter (mollet), Nyanga (cheville), Imhoff (Argentine VII). Les absents palois de marque : King (genou), Moise (cuisse), Natsarashvili (cervicales), Murray (Commotion), Coughlan (mâchoire), Smith (orteil), Vatubua (genou). Le joueur francilien à surveiller : Marc Andreu. Pour son retour face à Brive, l’ailier francilien a marqué le match de son empreinte avec deux essais. Virevoltant, le joueur de poche peut faire mal aux Palois. Le joueur palois à surveiller : Watisoni Votu. L’ailier fidjien a marqué de tout son poids la rencontre face à Clermont. Rapide et puissant, il représente un danger pour les Ciel et Blanc. La décla francilienne : Laurent Travers, entraîneur : « Le match de Pau va nous permettre de retrouver cette dynamique ». La décla paloise : Sean Dougall, deuxième ligne : « Malgré son résultat de la semaine dernière, le Racing 92 est une équipe difficile à jouer avec de très bons joueurs. ».

CASTRES - LA ROCHELLE : REMONTER DANS LE TOP 6 POUR LE CO

Avec sa défaite à Toulon (17-7) et la victoire de Bordeaux-Bègles sur le terrain de Grenoble, Castres est sorti du Top 6. Pour le réintégrer, les hommes de Christophe Urios n’ont pas le choix, cela passera par une victoire sur La Rochelle. Le CO a bien de la chance puisque ce sera face à la douzième équipe à l’extérieur du championnat. En témoigne son dernier match hors de ses terres et une défaite chez le relégué Oyonnax. Par contre la Stade Rochelais a étrillé l’ogre montpelliérain dans son stade Marcel-Deflandre (36-10). Si les Rochelais ont bien deux visages, le mauvais est bien celui qui se déplace hors des terres maritimes. Les Castrais ont donc les cartes en main pour réagir et surtout se repositionner en vue de la course aux phases finales. Les absents castrais de marque : Martial (adducteurs), Mach (genou). Les absents rochelais de marque : Pelo (pectoral), Raikuna (genou), Roumieu (épaule), Botia (genou), Sazy (épaule), Eaton (cheville). Le joueur castrais à surveiller : Rémy Grosso. Pour son retour, l’ailier castrais a montré beaucoup d’envie face à Toulon. Avec plus de rythme, il pourrait se montrer très dangereux face à la défense rochelaise. Le joueur rochelais à surveiller : Gabriel Lacroix. Face à Montpellier, l’ailier de poche s’est montré virevoltant avec notamment un essai. Les Castrais devront l’avoir à l’œil. La décla castraise : Christophe Urios, directeur sportif : « Ça va se jouer jusqu'au bout et ce match de La Rochelle va réellement lancer les hostilités, face à un concurrent direct ». La décla rochelaise : Kévin Gourdon, troisième ligne : « Ce sont plus eux qui ont la pression mais il faut qu’on fasse un bon match vu qu’on n’a encore jamais gagné à l’extérieur »

OYONNAX - TOULOUSE : LE TOP 4 EN VUE POUR LES TOULOUSAINS

Le Stade Toulousain est en pleine forme avec trois succès de rang. Avant la trêve européenne, les Rouge et Noir se sont baladés face à Agen (52-19). Après ce succès, les hommes d’Ugo Mola ont profité de la Coupe d’Europe pour se ressourcer du côté du Canet-en-Roussillon en vue du sprint final. Car, à la faveur d’un calendrier favorable, les Toulousains ont vraiment un coup à jouer durant cette fin de championnat pour aller chercher une place directe en demi-finale de Top 14. Face à eux, Oyonnax qui a acté sa descente en Pro D2. Contre le Stade Français, les joueurs oyonnaxiens ont fait « honte » à Johann Authier, dixit l’entraîneur de l’USO lui-même. En effet, l’écrasante défaite à Jean-Bouin (69-8) a laissé des traces. Les joueurs de l’Ain voudront sauver leur honneur devant leur public. Les absents oyonnaxiens de marque : Martin (adducteurs), Vainikolo (genou), Denos (cheville) Fa’asavalu (genou), Cibray (doigt), Guillamon (épaule), Sobela (dos). Les absents toulousains de marque : Huget (genou), Albacete (genou), Mélé (poignet), Camara (genou). Le joueur oyonnaxien à surveiller : Florian Denos. En partance pour Agen la saison prochaine, l’arrière jouera ses dernières minutes dans le Stade Charles-Mathon. Il aura à cœur de briller. Le joueur toulousain à surveiller : Luke McAlister. L’ouvreur All Black a été étincelant face à Agen. Quand il évolue à ce niveau, il est inarrêtable. A voir s’il fera preuve de constance. La décla oyonnaxienne : Johann Authier, entraîneur : « Il nous reste trois matchs, dont deux à la maison. Il est hors de question de faire encore une fois honte à nos supporters ». La décla toulousaine : Maxime Médard, arrière : « On va essayer de ramener au moins un point après si on arrive à gagner ce sera bien ».

BRIVE - GRENOBLE : LES VOISINS AU CLASSEMENT

C’est le match du ventre mou. Que ce soit pour les Brivistes ou les Grenoblois, difficile d’espérer quelque chose de cette fin de saison si ce n’est la septième place qualificative, en cas de victoire en barrage, pour la Champions Cup. Respectivement neuvième et dixième, Brive et Grenoble sont éliminés de la course aux phases finales. A domicile, les Corréziens ne vont néanmoins pas prendre ce match à la légère et devrait imposer un vrai combat à son adversaire du soir pour éviter de voir ce dernier revenir sur eux. Dans ce secteur, ils ont pu, il y a deux semaines, se rassurer face aux jeunes Racingmen (33-27) au contraire des Grenoblois. Les hommes de Fabrice Landreau sont tombés dans leur Stade des Alpes face à Bordeaux-Bègles (20-14). Un match serré qui devrait être agréable à voir. Les absents brivistes de marque : Radikedike (genou), Lavergne (clavicule), Marais (coude), Sanconnie (coude), Namy (épaule), Snyman (suspendu), Hauman (malade), Méla (malade). Les absents grenoblois de marque : Hand (commotion), Hunt (genou), Mignot (cuisse), Estebanez (pied), Wisniewski (poignet), Barcella (genou). Le joueur briviste à surveiller : Saïd Hirèche. Très précieux dans le combat face au Racing 92, le troisième ligne devrait une nouvelle fois être un poison dans les rucks. Le joueur grenoblois à surveiller : Mahamadou Diaby. Le troisième ligne est l’homme en forme côté grenoblois si bien qu’il serait dans les petits papiers de Guy Novès. La décla briviste : Arnaud Mignardi, centre : « Nous voulons rester invaincus à domicile afin d’entretenir l’espoir de la septième place ». La décla grenobloise : Fabrice Landreau, directeur sportif : «En termes d’état d’esprit, de capacité à poser des problèmes à Brive et à réaliser le meilleur match possible à l’extérieur, on va pouvoir juger les caractères ».

MONTPELLIER - BORDEAUX-BEGLES : LE CHOC DES NOUVEAUX GRANDS

Montpellier est sur un nuage. Tout juste auréolé de son titre en Challenge Cup remporté face aux Harlequins (26-19), le MHR a maintenant mis le cap sur le Top 14. Mais les joueurs de Jake White ont probablement quelque peu décompressé cette semaine, autant dire qu’il ne sera pas facile de basculer sur le championnat hexagonal. Du pain béni pour les Bordelais qui doivent faire encore un coup à l’extérieur d’ici la fin du championnat au vu de leur calendrier. Avant la trêve européenne, l’UBB a conservé ses chances de phases finales en s’imposant sur le terrain de Grenoble (20-14). Pour battre cette équipe héraultaise, les hommes de Raphaël Ibanez devront réaliser un match plein sans cette fois-ci aucun coup de mou. Malgré une semaine inhabituelle pour lui, Montpellier reste une machine à gagner et serait bien inspiré de l’emporter pour conserver sa deuxième place. Les absents montpelliérains de marque : Liebenberg (cervicales), Fall (cuisse) Les absents bordelais de marque : Kepu (épaule), Poirot (genou), Domvo (genou), Saili (mollet), Avei (épaule) Le joueur montpelliérain à surveiller : Benoît Paillaugue. En Coupe d’Europe, le n°9 a réalisé une très belle rentrée en dynamisant le jeu de Montpellier. Son duel avec Serin sera à suivre. Le joueur bordelais à surveiller : Baptiste Serin. Contre Grenoble, le demi de mêlée a parfaitement su gérer le match de son équipe. Il sera une nouvelle fois l’une des pièces maitresses de l’UBB. La décla montpelliéraine : Thibaut Privat, deuxième ligne: « C'est une rencontre décisive car il y a une vraie course engagée en Top 14. Toutes les équipes sont dans un mouchoir de poche ». La décla bordelaise : Régis Sonnes, entraîneur des avants : « Dans certains domaines, on est performants, on peut espérer les perturber et derrière avoir des chances de gagner sinon on ne se présenterait pas ».

CLERMONT - STADE FRANÇAIS : UNE AFFICHE ALLECHANTE

C’est l’autre belle affiche avec Montpellier - Bordeaux-Bègles. En clôture de cette 24eme journée, le leader clermontois reçoit le Stade Français. Avant la trêve européenne, Clermont s’est ressaisi à Pau (16-10) après avoir connu un coup d’arrêt au Racing 92 une semaine avant. Comme depuis maintenant un moment, l’ASM profite de ses trêves pour se ressourcer, chose qu’il ne pouvait faire les saisons passées. Et cette nouveauté n’a pas l’air d’enrayer la dynamique clermontoise. Avant de faire face au club auvergnat, le Stade Français - douzième au classement - a assuré son maintien lors de la dernière journée avec une victoire écrasante face à Oyonnax (69-8). Les hommes de Franck Azéma devraient profiter de la venue des Parisiens pour démarrer une nouvelle série de victoires. En cas de succès, ils feraient un grand pas vers la première place. Les absents clermontois de marque : Zirakashvili (bras), Planté (dos), Yato (main), Raka (épaule) Kayser (biceps) Les absents parisiens de marque : Genia (genou), Van der Merwe (genou), Alberts (cuisse) Le joueur clermontois à surveiller : Nick Abendanon. Repositionné à l’aile depuis quelques matchs, l’Anglais est une vraie pile électrique dans les défenses. Il pourrait bien débloquer la situation ce dimanche. Le joueur parisien à surveiller : Waisea. L’ailier fidjien fait partie des Parisiens qui ont montré tout l’étendue de leur talent face à Oyonnax. Face à Clermont, il pourrait bien être le facteur X. La décla clermontoise : Franck Azéma, entraîneur en chef : « Ils se sont libérés de la pression négative en faisant voir de quoi ils étaient capables face à Oyonnax. Ils n’ont plus rien à perdre. » La décla parisienne : Julien Tomas, demi de mêlée : « Nous savons que si nous venons ici en dilettante, nous allons prendre 60 points et nous n’aurons aucune notion de plaisir ».
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant