210 passagers coincés à Roissy

le
1
210 passagers coincés à Roissy
210 passagers coincés à Roissy

Après les 200 passagers de XL Airways censés partir jeudi 17 juillet pour Fort-de-France et restés cloués à Paris pendant plusieurs jours, c'est au tour de 210 passagers de la compagnie capverdienne TACV d'être bloqués à Roissy depuis dimanche. « On s'en faisait une joie de ces vacances mais, pour le moment, elles sont plutôt gâchées ! » Christiane Saintot, 70 ans, est amère. Avec son mari, son fils, sa belle-fille, leur petite-fille, et quatre autres membres de sa famille, elle devait décoller dimanche à 8 h 30 pour trois semaines de farniente sur l'île de Saint-Vincent, au Cap-Vert. Autant dire le paradis. Sauf que, là, c'est plutôt l'enfer. Christiane et sa famille, comme l'ensemble des passagers du vol VR 639, sont coincés depuis trois jours à l'hôtel Ibis de l'aéroport de Roissy. Bien loin, donc, des plages de l'archipel.

Trouver un autre avion

La raison ? « Un problème technique samedi sur la liaison entre Praia (NDLR : la capitale du Cap-Vert) et Paris a forcé notre Boeing 737-200 à faire demi-tour, explique Gabriel Da Costa, le représentant de TACV en France. Or, c'est ce même avion qui devait embarquer dimanche les passagers pour Saint-Vincent. »

Depuis, TACV tente de trouver un autre avion. « Les seules informations que nous avons eues depuis dimanche, ce sont les horaires des repas, écrits à la main sur un tableau dans le hall de l'hôtel, se plaint Christiane. Hier soir enfin, M. Da Costa a daigné se déplacer pour tenter de calmer un peu les choses. Mais nous sommes très remontés. » Les bagages ayant déjà été enregistrés, les passagers n'ont pas pu les récupérer. « Nous avons dû aller acheter des affaires à Aéroville, le centre commercial de Roissy, reprend Christiane. Heureusement que j'avais des médicaments de secours sur moi. J'ai été opérée d'un cancer de la thyroïde et je dois prendre des pilules tous les jours. Comme mon ordonnance était dans ma trousse de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4947935 le mercredi 30 juil 2014 à 08:30

    Mieux vaut être coincés à Cdg que dans un crash... On oublie trop vite que l'aviation a ses risques...