2016, une belle cuvée pour Wawrinka

le
0
2016, une belle cuvée pour Wawrinka
2016, une belle cuvée pour Wawrinka

Bien qu’éliminé au stade de la phase de groupes du Masters de Londres, Stan Wawrinka a vécu une saison 2016 plus que satisfaisante. Un titre du Grand Chelem remporté et un classement encore jamais atteint en carrière. Retour sur l’année riche du Suisse.

Il a souvent été « l’autre suisse. » Dans l’ombre de Roger Federer depuis ses débuts, Stan Wawrinka a opéré sa mue voilà à peine trois ans. Cette fameuse saison 2014 lors de laquelle il a soulevé, à la surprise générale, le premier titre du Grand Chelem de sa carrière à l’Open d’Australie. Depuis, « Stanimal » est régulier. Au point de compter trois titres en GC à ce jour. Il confirme - enfin - les espoirs placés en lui. La maturité sans doute. En 2016, le Vaudois a empoché quatre titres (pour cinq finales disputées). Le plus beau ? Cet US Open ravi au numéro 1 mondial de l’époque, Novak Djokovic. Un trophée inespéré tant il a parfois été irrégulier cette saison. Pas de quoi pour autant lui donner des regrets : « J'aimerais pouvoir mieux jouer dans les Masters 1000. Ce sera mon objectif pour l'an prochain, a reconnu Wawrinka vendredi à l’issue du Masters de Londres où il a été éliminé dès la phase de groupes. Ca l'était déjà pour cette année, mais je n'y suis pas parvenu. Je fais tout mon possible pour évoluer à mon meilleur niveau. J'ai commis quelques erreurs. Je n'ai pas joué mon meilleur tennis tout au long de l'année. Mais on ne peut pas dire que je n'étais pas concentré et que j'ai manqué de volonté. » Malgré quelques frustrations - notamment des éliminations précoces au Masters 1000 de Miami et Madrid (2e tour), Rome, Cincinnati et Shanghai (3e tour) - son bilan est plus qu’honorable. Au point de terminer l’année parmi les 5 meilleurs joueurs de la planète, une constante depuis trois ans et une grande satisfaction pour lui : « C'était une année incroyable pour moi. Je terminerai au 4e ou au 5e rang mondial. J'ai gagné un nouveau titre du Grand Chelem, et j’ai conquis trois autres trophées (Dubaï ; Chennai et Genève). J'ai obtenu quelques mauvais résultats aussi, c'est certain. Mais j'aurais signé les yeux fermés pour un tel bilan avant le début de cette année. » Cap désormais sur 2017 où il devrait poursuivre son émancipation. Stan Wawrinka fait aujourd’hui figure de joueur incontournable du circuit. Un statut qu’il faudra cependant encore justifier. Andy Murray et Novak Djokovic semblent un cran au-dessus. Mais rien ne dit que Roger Federer et Rafael Nadal (tous deux blessés et ayant mis un terme précoce à leur saison), reviendront dans une forme optimale. Le désormais n°1 suisse devra tenir son rang. A bientôt 32 ans (il les fêtera en mars prochain), il devra aussi composer avec une jeune garde (Zverev, Thiem, Raonic…) qui frappe fort à la porte. Le temps qui passe, Wawrinka en a conscience : « Bien sûr que c'est quelque chose qui me préoccupe. Je suis plus proche de la fin que du début de ma carrière, a-t-il admis. Je dois être plus précautionneux sur certains aspects. Mais j'essaie sans cesse de m'améliorer afin de conserver un niveau de jeu élevé. J'essaie toujours de repousser mes limites. » Stan Wawrinka le sait mieux que personne, lui qui a connu de grands succès à retardement. Ne dit-on pas - après tout - qu'on se bonifie avec le temps ?
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant