2014 ou 2015 ? Pataquès gouvernemental autour de la «pause fiscale»

le
12
2014 ou 2015 ? Pataquès gouvernemental autour de la «pause fiscale»
2014 ou 2015 ? Pataquès gouvernemental autour de la «pause fiscale»

Finalement, cette pause fiscale, c'est pour quand ? Pour 2015, comme l'a assuré Jean-Marc Ayrault mardi soir, ou bien pour l'année prochaine ? Mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a assuré que la promesse de François Hollande n'attendrait pas.

«Concrètement, nous commençons bel et bien dès l'année 2014 la pause fiscale qui se confirmera en 2015», a-t-elle déclaré lors de son compte rendu hebdomadaire, estimant qu'il n'y avait pas lieu de «créer des coins là où il n'y en n'a pas». Et d'insister : «Il n'y a aucun coin», entre le président et son Premier ministre. Sauf que Jean-Marc Ayrault vient de parler, dans une interview au quotidien gratuit «Métro», d'«un ralentissement» de la pression fiscale en 2014, «pour aller à une pause (...) effective en 2015».

Une hausse de 0,1 point en 2014

Assurant que «les choses en la matière ont toujours été claires», Najat Vallaud-Belkacem a rappelé l'engagement «de longue date» à «une stabilisation des prélèvements obligatoires en 2015» mais expliqué que les «économies sur les dépenses ainsi que la reprise d'activité permettent d'anticiper cette stabilisation prévue dès 2014». Elle a ensuite précisé : «On enclenche le processus de pause fiscale en 2014 et on le confirme en 2015».

En 2014, a-t-elle encore spécifié, les prélèvements obligatoires augmenteront de 0,1 point, soit deux milliards d'euros, «essentiellement pris sur la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale». En termes de prélèvements obligatoires pour les Français, a-t-elle observé, il s'agit «d'une quasi-stabilisation et on sera à la stabilisation totale en 2015».

Fin août, dans les colonnes du Monde, François Hollande avait estimé que le temps était venu de faire une «pause fiscale», notamment grâce à «l'engagement de substantielles économies». Un engagement réitéré dimanche sur TF1 : «En 2014, nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rgrenec1 le jeudi 19 sept 2013 à 17:54

    nouveau mot pour désaccord : "coin"cela vaut combien de point au scrabble ?

  • gacher le jeudi 19 sept 2013 à 11:46

    la France est le pays le plus taxés du monde, et le ps après l'ump continue à taxer d'avantage. Je comprend qu'ils veulent garder le pouvoir et éliminer tout nouvel entrant, ils pourraient perdre leurs avantages inadmissibles et être obligé de faire des économies.

  • M1945416 le jeudi 19 sept 2013 à 09:28

    30 ans qu'on nous roule dans la farine, et c'est pas prêt de changer vu que le nombre de profi teurs du système,qui sont aussi des électeurs et vu leurs nombre ... ( retraités du publique + fonctionnaires + leurs familles; les régimes spéciaux, les assistés...) tout ce monde est bien content, rien ne bouge, rien ne change, ils gardent leurs privilèges, les français passent à la caisse pour eux

  • md24750 le jeudi 19 sept 2013 à 08:00

    c'est reposant cette pause !

  • brun2083 le jeudi 19 sept 2013 à 07:44

    Par définition si c'est une pause c'est que ça ne va durer qu'un certain temps cette pause fiscale après ça pourra reprendre de plus belle. Mais combien de temps va durer cette pause, 1 semaine, 1 mois??? hihihi

  • r.lebleu le mercredi 18 sept 2013 à 19:18

    les rois de la prose préfèrent nous parler de pause !!! mdr qu'ils commencent pas dégraisser le mammouth de l'administration, tous ces emplois dans la fonction publique qui ne servent que ceux qui les occupent

  • mauralph le mercredi 18 sept 2013 à 18:18

    Il n'y a pas de pause fiscale en 2014, a voir toutes les hausses prévues

  • crcri87 le mercredi 18 sept 2013 à 16:03

    Ce n'est pas une pause fiscale mais une pose de posture avant les élections

  • supersum le mercredi 18 sept 2013 à 15:42

    Juste avant les élections la pause fiscale

  • M4590873 le mercredi 18 sept 2013 à 15:39

    Quand notre "grand journaliste" Y. Calvi en parlera qu'il essaie de ne plus se tromper (comme hier et comme beaucoup de ses brillants confrères) en utilisant à contresens( grosse faute)l'expression "tirer les marrons du feu".La Fontaine doit se retourner dans sa tombe.