2014 : La chute de la Roja en 10 dates.

le
0
2014 : La chute de la Roja en 10 dates.
2014 : La chute de la Roja en 10 dates.

Depuis 1991, la sélection espagnole n'avait perdu autant de matchs en une année. Avec ses cinq revers, un changement de génération douloureux et des polémiques stériles, elle retrouve con costume de loser d'avant 2008. Retour, en dix dates, sur la descente aux enfers de la Roja.Trois gardiens et une défaite 19 novembre 2013

Guinée Équatoriale puis Afrique su Sud. A l'inverse des autres sélections de son calibre, Roja dispute sa tournée de novembre sur le sol africain. Un périple qui passe mal pour les clubs représentés : contre un bon magot, la RFEF a préféré le fric à la santé des joueurs. Car, sur des terrains champs de patates, les blessés ont garni les rangs de l'infirmerie. Ainsi, lors du duel face à l'Afrique du Sud, dans le stade du sacre mondial, les Espagnols ont du jouer avec trois gardiens... Le dernier changement, de Victor Valdés par Pepe Reina, a même fait annuler la rencontre auprès de la FIFA, Vicente Del Bosque ayant effectué six remplacements. Hasard ou conséquence, l'Espagne s'est d'ailleurs inclinée 1-0.
Diego Costa entre dans la danse 28 février 2014

Depuis 2013, l'idée trottait dans la tête du sélectionneur moustachu. Le 28 février, il franchit le pas et convoque le jusque alors international brésilien Diego Costa. Face à l'Italie, et malgré quelques réticences de l'opinion publique, la pointe de l'Atéltico Madrid est titularisée. Elle sera d'ailleurs du voyage dans son pays natal quelques mois plus tard. Le hic, c'est que jamais Diego Costaud ne trouvera sa place au milieu de l'orchestre du milieu de terrain de la Roja. Mal servi, jamais décisif, le pari de Del Bosque tourne rapidement au flop. Ou comment se créer un problème.


Une préparation américaine qui fait jaser 7 juin 2014

Histoire de ne pas déroger à ses mauvaises habitudes, la fédération espagnole décide d'offrir à ses poulains une préparation sur fond de billets verts. Pour son dernier match avant son entrée en lice au Mondial, la Roja défie le modeste El Salvador sur le pré du FedEx Field de Washington. Sous un soleil de plomb, en pleine après-midi – prime-time télévisuel en Espagne oblige – les Espagnols suent plus que de raison et s'offrent un dernier test inutile. Encore une fois, la presse souligne la prépondérance de l'aspect économique sur le sportif, d'autant plus que le lieu de résidence de la...









Trois gardiens et une défaite 19 novembre 2013

Guinée Équatoriale puis Afrique su Sud. A l'inverse des autres sélections de son calibre, Roja dispute sa tournée de novembre sur le sol africain. Un périple qui passe mal pour les clubs représentés : contre un bon magot, la RFEF a préféré le fric à la santé des joueurs. Car, sur des terrains champs de patates, les blessés ont garni les rangs de l'infirmerie. Ainsi, lors du duel face à l'Afrique du Sud, dans le stade du sacre mondial, les Espagnols ont du jouer avec trois gardiens... Le dernier changement, de Victor Valdés par Pepe Reina, a même fait annuler la rencontre auprès de la FIFA, Vicente Del Bosque ayant effectué six remplacements. Hasard ou conséquence, l'Espagne s'est d'ailleurs inclinée 1-0.
Diego Costa entre dans la danse 28 février 2014

Depuis 2013, l'idée trottait dans la tête du sélectionneur moustachu. Le 28 février, il franchit le pas et convoque le jusque alors international brésilien Diego Costa. Face à l'Italie, et malgré quelques réticences de l'opinion publique, la pointe de l'Atéltico Madrid est titularisée. Elle sera d'ailleurs du voyage dans son pays natal quelques mois plus tard. Le hic, c'est que jamais Diego Costaud ne trouvera sa place au milieu de l'orchestre du milieu de terrain de la Roja. Mal servi, jamais décisif, le pari de Del Bosque tourne rapidement au flop. Ou comment se créer un problème.


Une préparation américaine qui fait jaser 7 juin 2014

Histoire de ne pas déroger à ses mauvaises habitudes, la fédération espagnole décide d'offrir à ses poulains une préparation sur fond de billets verts. Pour son dernier match avant son entrée en lice au Mondial, la Roja défie le modeste El Salvador sur le pré du FedEx Field de Washington. Sous un soleil de plomb, en pleine après-midi – prime-time télévisuel en Espagne oblige – les Espagnols suent plus que de raison et s'offrent un dernier test inutile. Encore une fois, la presse souligne la prépondérance de l'aspect économique sur le sportif, d'autant plus que le lieu de résidence de la...









...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant