2014 : -50% sur le pétrole, forte baisse des matières premières

le
3

Le pétrole a perdu la moitié de sa valeur en 2014 et les matières premières ont globalement mal passé l'année.
Le pétrole a perdu la moitié de sa valeur en 2014 et les matières premières ont globalement mal passé l'année.

La fin de l'année aura été marquée par l'effondrement du pétrole. Plus discrètes et moins suivies, les autres matières premières, notamment les métaux et les denrées alimentaires de base, ont également connu une baisse généralisée cette année.

Il y a un an très exactement, le baril de pétrole WTI s'échangeait à 98,5 dollars. Il y a six mois, le même baril valait 105 dollars. A la dernière séance de l'année, il en vaut 53. L'or noir aura ainsi suivi une tendance fortement baissière tout au long du second semestre 2014, avec une accélération de la baisse très marquée en octobre et surtout en décembre.

Pas de rebond du pétrole

Ce qui peut surprendre par rapport à une dynamique de marché « classique » est l'absence totale de rebond des cours de l'or noir. Depuis sa chute de la mi-décembre, le prix du baril n'a pas du tout compensé sa chute, poursuivant même une tendance légèrement baissière. Mardi 30 décembre au matin, le WTI de New York a encore atteint un nouveau plus bas depuis 2009, passant sous les 53 dollars avant de se reprendre très légèrement par la suite.

La raison de l'absence de rebond est simple : aucun soutien ne semble permettre au pétrole de repartir vers le haut. D'une part, l'Opep a clairement affiché son intention de laisser filer les cours de l'or noir sans intervenir pour fixer un prix plus élevé. Simultanément, aucun pays producteur n'a affiché son intention de baisser sa production, en premier lieu l'Arabie saoudite et les Etats-Unis.

Etrange attitude de la part de pays qui, d'une certaine manière, se tirent une balle dans le pied en agissant de la sorte. L'Arabie saoudite a prévu un lourd déficit budgétaire en 2015 pour cette raison. Quoi qu'il en soit, certains producteurs auront souffert plus que d'autres, en premier lieu la Russie, ayant connu début décembre la pire crise depuis 1998.

Les autres matières premières également très pénalisées

Le pétrole n'est pas le seul à s'être effondré cette année. La valeur de beaucoup d'autres matières premières a particulièrement chuté pendant les mois d'été. Malgré une certaine reprise en novembre et décembre, la baisse cumulée en 2014 reste souvent très significative.

Les métaux, généralement corrélés à la dynamique industrielle, ont généralement passé une mauvaise année. Le nickel, l'argent et le cuivre ont ainsi baissé de 8%, 16% et 18%. L'or aura bien défendu sa réputation de valeur refuge cette année, avec une baisse de seulement 0,55%.

Du côté des denrées alimentaires, le bilan est inégal. Le riz et le soja ont respectivement perdu 24% et 20% cette année, tandis que les autres denrées de base restent finalement plutôt stables. Le maïs a perdu 4% et le blé termine l'année à l'équilibre malgré une forte contraction des prix au cours de l'été.

Le coton accuse quant à lui une lourde baisse de 28% sur l'année.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roujos59 le mercredi 31 déc 2014 à 19:32

    à la pompe, on n'a pas trop vu les 50% de baisse...

  • d.e.s.t. le mercredi 31 déc 2014 à 16:31

    C'est un piège diabolique , car on va consommer à nouveau du pétrole sans compter, ce qui va hâter sa fin programmée, sans solutions de remplacement bien avancées!

  • lorant21 le mercredi 31 déc 2014 à 15:56

    cela peut être déclencheur d"une "reprise". Croisons les doigts.