2012 : l'analyse du Cardinal Vingt-Trois

le
0
L'archevêque de Paris, et président de la conférence des évêques de France, s'inquiète du poids des questions économiques dans la campagne, de l'action des lobbys et des affaires politico-financières.

«Les catholiques n'entendent pas être des citoyens interdits de parole dans la société démocratique», a lancé le cardinal André Vingt-Trois, président de la conférence des évêques de France en présentant, lundi matin à Paris, des «éléments de discernement», accompagné d'une déclaration du conseil permanent intitulé «Elections : un vote pour quelle société ?» en vue des prochaines échéances électorales de 2012. Tout en refusant de s'engager pour un parti ou un candidat :«Nous excluons totalement de nous situer à une identification à un parti politique.»

o Une perplexité plus grande qu'en 2007

A chaque échéance électorale importante et avant que la campagne électorale ait commencé, l'Eglise catholique a cette habitude de publier des orientations. En 2006 le texte s'appelait «Qu'as tu fait de ton frère» ?

L'archevêque de Paris entend ainsi «répondre à une certaine attente» estimant que, «plus qu'en 2007, il y a une certaine perplexité

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant