2012, hécatombe pour le marché de la construction

le
11
Les mises en chantier de logements neufs ont dévissé de 19,6 % en 2012. La fin d'année est particulièrement inquiétante. Et 2013 n'augure rien de bon pour une reprise du secteur. » Le secteur du bâtiment tire le signal d'alarme » Les derniers contours du dispositif Duflot enfin connus

Une chute de 19,6%. Les mises en chantier de logements neufs en France se sont effondrées en 2012, à 304.234. En prenant en compte les logements neufs et existants, le recul atteint 17,8%. Un tel repli annuel n'avait pas été constaté depuis la période octobre 2008-septembre 2009, au plus fort de la crise. Depuis, le marché reprenait de la vigueur, jusqu'à la toute fin de l'année 2011. Dès janvier 2012, la courbe s'inverse de nouveau, sans parvenir à remonter. Pire, au fil des trimestres, la tendance s'est dégradée.

Outre la conjoncture économique qui n'est toujours pas brillante, ce sont surtout les récents changements légilatifs et fiscaux qui ont plombé le marché: le PTZ+ (prêt à taux zéro) a été recalibré, avec l'introduction de plafonds de ressources et de conditions plus restrictives. La disparition annoncée du dispositif Scellier -remplacé depuis 2013 par le dispositif Duflot - pour l'investissement locatif a aussi pesé lourd.

«Depuis le début de l'été, ça a décroché»

Alors que la première moitié de l'année semblait sauver les meubles, «depuis le début de l'été, ça a décroché», a commenté Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest. Sur le seul dernier trimestre, les mises en chantier (dans le neuf) ont chuté de... 30,1%! Idem pour les permis de construire - dont les chiffres donnent une idée de la tendance qui sera observée sur les mises en chantier dans les mois qui suivent - qui se sont effondrés de 24,8%. De quoi présager aisément que l'année 2013 ne sera pas celle de la reprise. Et qu'il est illusion d'imaginer que le secteur atteigne l'objectif fixé par le gouvernement, à 500.000 par an.

Paris, exception française

 Recul des mises en chantier par région .
Recul des mises en chantier par région.

Parmi les régions qui s'en sortent «le mieux» en terme de mises en chantier: la Lorraine (-3,8%), le Nord-Pas-de-Calais (-2,6%) ou encore la Corse (-7,7%). Seule exception, Paris: il y a eu 15,1% de chantiers démarrés en plus en 2012 qu'en 2011.

En Alsace, en Aquitaine, en Champagne-Ardenne, dans le Languedoc-Roussillon et dans les Pays de la Loire, les mises en chantier (de logements neufs et existants) ont rétropédalé de plus de 25%.

Enfin, dans les départements et régions d'Outre-Mer, la chute est spectaculaire: -51,8%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mittix le jeudi 31 jan 2013 à 06:44

    TMI + CSG 15,5% pour l'instant plus exo plus value portée a 30 ans + future taxe loyers impayés + hyper protection du locataire + encadrement des loyers..... Tous les propriétaires bailleurs ne sont pas des filous marchands de sommeil. L'immobilier locatif était juste un bon moyen de compléter une retraite. C'est termine ça ne vaut plus le coup je revends

  • akelacca le mercredi 30 jan 2013 à 12:01

    Ce que montrent ces chiffres est essentiellement la crise de confiance des investisseurs depuis juillet. Période de la première loi de finance rectificative, et l’impacte du marketing prônant un avenir noir pour les revenus d’investissements de toutes nature par nos politiques.

  • akelacca le mercredi 30 jan 2013 à 11:57

    Certains chiffres doivent être largement relativisés car dans beaucoup de régions ils ne reflètent pas la réalité car ne tiens pas compte des volumes. L’exemple le plus frappant pour moi, l’aquitaine, qui malgré une chute des mises en chantier, il faut l’admettre, reste probablement une des régions ou l’on construit le plus.

  • Azusy le mardi 29 jan 2013 à 22:39

    Bah en d'autres temps j'aurais peut-être acheté pour louer, mais avec la gauche au pouvoir je préfère ne pas m'engager sur quoi que ce soit, ils sont capables de créer une taxe supplémentaire pour les locations, voir de me réquisitionner le logement pour "l'intérêt de la nation" ^^

  • ben.doir le mardi 29 jan 2013 à 19:23

    mouillard au placard.

  • mittix le mardi 29 jan 2013 à 19:05

    Pourquoi investir dans l'immobilier locatif ? Pas de rentabilité car trop taxes sur les revenus. Plus de gains pour une plus value encre plus taxée. Trop de risques car locataires trop protèges. Non moi j'arrete et je revends tout. Basta

  • abalest1 le mardi 29 jan 2013 à 17:47

    Merci l'erreur du logement. Mille excuses, je ne peux écrire son nom, synonyme d'aberration halucinante!

  • bordo le mardi 29 jan 2013 à 16:17

    Merci Duflot. Non seulement les socialistes taxent, mais leurs affidés écolos détruisent la confiance. Top.

  • bedec le mardi 29 jan 2013 à 13:20

    Pour un investisseur (petit) le risque est trop important même avec le dispositif duflopAucune rentabilité ,seul les politiciens sont gagnants

  • raph73 le mardi 29 jan 2013 à 13:02

    je demande votre avis: comment vont evoluer les prix?