2012 : Dupont-Aignan se dit «confiant» sur ses parrainages

le
0
Adversaire de l'euro, le président de Debout la République voit dans la crise une confirmation de ses thèses.

«Je suis pendu au téléphone avec les maires, et j'ai nettement plus de la moitié des 500 parrainages.» Nicolas Dupont-Aignan a beau s'être accordé deux semaines de vacances dans le Var, consacrées à la marche, il n'oublie pas pour autant la chasse aux 500 signatures d'élus nécessaires pour se présenter à l'Élysée. Et la récolte semble plutôt bonne. «Il y a deux mois, j'étais inquiet, concède Dupont-Aignan. Aujourd'hui, je suis très confiant.»

La crise financière va sans doute renforcer la position du président de Debout la République. Adversaire résolu de l'euro, partisan de mesures protectionnistes, l'auteur de L'Arnaque du siècle, l'euro, les banquiers et la mondialisation (éditions du Rocher) veut voir dans la tourmente actuelle la démonstration de la justesse de ses thèses. «La mécanique implacable se déroule devant nous ! , assure Nicolas Dupont-Aignan. Le deuxième plan d'aide à la Grèce ne passe pas auprès des Français. L'euro est condamné

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant