2012 : Chevènement candidat, le PS reste serein

le
0
RÉACTIONS - Le Parti socialiste espère encore pouvoir négocier avec l'ancien ministre, dont la candidature est qualifiée par Arnaud Montebourg de «compatible» avec celle de François Hollande. Avec une vidéo BFMTV

En annonçant sa candidature, Jean-Pierre Chevènement savait qu'il allait relancer le spectre du 21 avril 2002 dans les rangs du Parti socialiste. A l'époque, le leader du Mouvement républicain et citoyen (MRC), qui avait rassemblé 5,3% des suffrages, avait été accusé d'avoir plombé la candidature de Lionel Jospin et facilité l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour. Rebelote en 2012 ? «Il y a un vrai risque de dispersion des voix», affirme le sénateur PS André Vallini, proche de François Hollande, qui rappelle que la candidature de Chevènement s'ajoute à celles d'Eva Joly et de Jean-Luc Mélenchon. D'autant que le candidat souverainiste jouit avec la crise de l'euro d'un contexte favorable à la diffusion de ses idées.

Reste que l'ancien ministre de François Mitterrand a été clair lors de sa déclaration, samedi soir, sur France 2 : «Je ne suis pas candidat contre François Hollande», a-t-il juré. De quoi rassurer le PS, qui espère encore négocier avec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant