2011, l'année des grands écarts de croissance

le
0
La forte croissance dans les pays émergents tels que l'Inde, le Brésil et la Chine, devrait tirer la reprise trop lente des pays occidentaux. La zone euro restera pour sa part la lanterne rouge du dynamisme.

Faut-il se réjouir ou s'inquiéter en se penchant sur l'année 2011? Nous revenons de loin. Contrairement aux craintes évoquées cet été, la pire crise depuis la Seconde guerre mondiale n'a pas débouché sur une rechute globale de l'économie. Le pire a été évité. Pour autant, ni l'Europe, ni les États-Unis sont repartis pied au plancher, au contraire des pays émergents comme la Chine ou le Brésil.

Les tendances de fond observées en 2010 se prolongeront en 2011. La croissance mondiale devrait se situer, en fonction des différentes prévisions, entre 3,5% et 4%. Les émergents, et en particulier l'Asie avec une croissance de plus de 8%, en resteront le moteur. L'activité chinoise devrait elle-même progresser à un rythme compris entre 8,5 et 10% sous l'effet combiné des exportations et de l'émergence d'une consommation intérieure.

Sous-régime

Les économies américaines et européennes continueront de tourner en sous-régime. «La différence entre la croissance

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant