200 Japonais réfugiés dans la centrale nucléaire d'Onagawa 

le
0
Dans cette centrale, le tsunami avait provoqué un début d'incendie qui a été vite maîtrisé.

À Onagawa, le tsunami du 11 mars a été tellement violent que ses habitants ont observé des vagues de 15 mètres de haut. Ce port de pêche de la côte Pacifique est situé à environ 120 km au nord de la capitale, près de la ville martyre de Sendai et dans la zone la plus touchée au Japon qui dénombre plusieurs centaines de morts. Ils sont entre 200 et 300 sans-abri depuis le tsunami à avoir trouvé refuge dans l'un des seuls bâtiments encore debout : une centrale nucléaire. Selon le quotidien Mainichi (le Libération japonais mais dont le tirage s'élève à 5 millions d'exemplaires par jour), ces familles sont «inquiètes» mais n'ont «nulle part où aller». Sans compter qu'il fait actuellement froid à Onagawa.

Un début d'incendie

La centrale abrite trois réacteurs à eau bouillante dont le plus ancien date du milieu des années 1980. Son exploitant, Tohoku Electric Power a assuré mercredi qu'ils n'étaient pas dangereux. Le tsunami avait provoqué un début d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant