20 choses à savoir sur Pepe

le
0

Il est le meilleur joueur portugais de cet Euro et pas loin d'être le défenseur le plus performant du tournoi. Derrière le stoppeur qui désosse les attaquants, il y a l'histoire de Kepler Laveran Lima Ferreira. Entre pompes Umbro, tacles appuyés, amour du Portugal mais aussi pas mal de larmes.

1. Les origines


Il est né à Maceió au Nord-Est du Brésil. Reconnu comme une des villes les plus dangereuses du pays, Maceió a vu naître Mário Zagallo, Roberto Firmino ou encore Nise da Silveira, une célèbre psychiatre qui s'est toujours opposée aux traitements psychiatriques agressifs. Cela ne s'invente pas.

2. L'astronome


Après avoir dévoré une encyclopédie, son père a décidé de donner le nom de Kepler au premier de ses enfants en hommage au célèbre astronome Johannes Kepler. Mais, au pays de la samba, personne n'arrivait à prononcer ce nom allemand et ses amis vont très vite trouver un surnom. Si à la base, ils l'appelaient Pepino (concombre) car enfant il était petit et grassouillet, son surnom s'est très vite transformé en Pepe au fur et à mesure qu'il grandissait. La peur peut-être.

3. Des crampons payés en 15 mensualités


Son père est fonctionnaire, mais l'administration publique paye mal son homme au Brésil. Ce dernier aime raconter l'histoire du jour où il a offert à son fils sa première paire de chaussures de foot. "Un jour, il m'a montré les chaussures qu'il voulait. C'était des Umbro. Quand j'ai vu le prix je lui ai dit: "et on mange quoi ? Je n'ai que le salaire minimum."" Face au regard attristé, le Pepe père s'arrange auprès d'une collègue de travail pour qu'elle lui prête sa carte bancaire pour payer la paire en 15 mensualités. "Quand je le les lui ai données, il ne les lâchait plus. La première nuit, il a dormi avec une chaussure au pied et l'autre dans la main", racontait-il dans les médias brésiliens il y a quelques années.

4. Et il est toujours fidèle à Umbro


Pour ses crampons, pas de Nike, d'Adidas ou de Puma. Non, Pepe reste attaché à sa bonne paire d'Umbro au style simpliste qui sent bon les années 70. Preuve de la classe du bonhomme, parmi les autres footballeurs sponsorisés par Umbro on retrouve Stéphane Mbia, Mauricio Pinilla et Olivier Blondel (oui, l'ancien gardien remplaçant du TFC à la coupe de gendarme).

Real love for @Umbro! Full video soon [A…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant