2 627 recours contre la réforme des cantons de Manuel Valls !

le
0
Photo d'illustration - Élections cantonales à Brignoles, en novembre 2013.
Photo d'illustration - Élections cantonales à Brignoles, en novembre 2013.

Derrière le débat politique, une guérilla juridique. À tel point que le Conseil d'État est submergé par les recours : il en a déjà reçu 2 627 ! "Le gouvernement a préféré sacrifier les territoires à ses intérêts électoraux de court terme." C'est, en substance, ce que reproche l'Aserdel, une association d'élus locaux pilotée par d'anciens proches de Pasqua, au redécoupage territorial effectué par Manuel Valls en 2013. Pour la première fois depuis 1801, les socialistes ont en effet décidé de refondre entièrement la carte des cantons. La fronde a été immédiate. Bernadette Chirac, Jean-Pierre Raffarin, Patrick Devedjian, le sénateur UMP Jean-Jacques Hyest et de très nombreux ténors de l'opposition s'insurgent depuis de longs mois contre une loi qu'ils estiment "ruralicide".

Concrètement, que prévoit-elle ? Les conseillers départementaux seront élus - on ne sait pas encore si les élections se tiendront au printemps ou en décembre 2015 - pour six ans. Dans chaque canton, ils devront se présenter par binôme : un homme et une femme. Mais, pour ne pas doubler le nombre d'élus, Manuel Valls a décidé de diviser le nombre de cantons par deux. Un redécoupage que la Cour des comptes réclame de longue date et qui suscite pourtant les plus farouches réactions. L'opposition accuse les socialistes de redécouper le territoire à leur avantage, après la débâcle des municipales 2014. Dans un communiqué, l'Aserdel se lâche : "Le respect de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant