1er tour des élections municipales : le pari réussi de Robert Ménard à Béziers

le
1
Robert Ménard fait un très bon résultat au premier tour des municipales à Béziers.
Robert Ménard fait un très bon résultat au premier tour des municipales à Béziers.

"C'est violent !" Élie Aboud, candidat de l'UMP et député de l'Hérault, s'attendait à être surclassé d'un ou deux points au premier tour de ces municipales. Mais autour de 15, sûrement pas. Être mené 44,7 % à 30,3 par Robert Ménard, le candidat soutenu par le Front national, c'est une exécrable surprise pour cet homme affable et chaleureux, certes habitué à la confrontation, mais pas à une bataille sans merci. C'est pourtant bien celle que lui a livrée un candidat agressif, dont la stratégie a consisté à attaquer sans relâche son adversaire, comme s'il était le maire sortant, et à marteler ses critiques souvent féroces contre une gestion qui a laissé Béziers, au moins pendant le dernier mandat de Raymond Couderc - le maire sortant UMP -, à l'écart du progrès et des courants économiques de la région. La raison tient en bonne part au fait que Béziers a été délaissée par le conseil régional. Et la faute en revient à la véritable haine que le tout-puissant parrain de la région Georges Frêche avait conçue contre Raymond Couderc, qui avait osé le défier. Mais cet abandon par un conseil régional à majorité socialiste, et qui a perduré après la disparition de Georges Frêche, n'est pas l'unique explication des difficultés de Béziers, insécurité, pauvreté, chômage.L'équipe sortante, pourtant réélue pour un troisième mandat en 2008 à une large majorité, dès le premier tour avec 52 % des suffrages, probablement usée...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3365316 le lundi 24 mar 2014 à 15:25

    c etait quelle année freche ? bon, alors on peut remettre les 600 milliards de trou sur le tapis