1er Mai : Sarkozy divise les syndicats

le
2
VIDÉO - En annonçant un rassemblement sur le «vrai travail» le jour de la Fête du travail, le président-candidat a créé un malaise entre les centrales. Les plus à gauche crient à la «provocation», les «réformistes» sont embarrassées.

Si Nicolas Sarkozy est loin d'avoir gagné la guerre qu'il a lancée contre les syndicats, il en a au moins remporté la première bataille. Celle du 1er Mai, en créant une «vague» de malaise dans les centrales, qui vont aborder les traditionnelles manifestations de la Fête du travail, au moins sur la forme, plus divisées que jamais.

Avec son grand rassemblement sur le «vrai travail» organisé mardi place du Trocadéro -il en a tout à fait le droit: le 1er Mai n'appartient à personne, ou plutôt à tout le monde, et donc aussi au chef de l'État-, le président-candidat a obligé les différentes centrales à prendre encore un peu plus position quant au second tour de la présidentielle en politisant un rendez-vous séculairement considéré (à tort) comme apolitique. Et donc enfoncer un coin, inespéré, entre elles...

Sans surprise, les syndicats les plus à gauche (CGT, FSU et Solidaires) ont foncé bille en tête, en criant à la «provocation» et en appelant les Fran

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • thepapou le mercredi 25 avr 2012 à 17:57

    Encore une provocation heureuse. Vivement qu'il soit réelu et que l'on en finisse avec cette CGT gauchiste, qui n'existe que grace aux subsides de l'état, car elle ne peut compter sur des cotisations de syndiqués inexistants.

  • queb63 le mercredi 25 avr 2012 à 11:52

    Encore une provocation honteuse. Vivement qu'il quitte la scène politique.