1er mai du FN : les Femen perturbent le discours de Marine Le Pen

le , mis à jour à 13:36
3
1er mai du FN : les Femen perturbent le discours de Marine Le Pen
1er mai du FN : les Femen perturbent le discours de Marine Le Pen

Double incident au traditionnel défilé parisien du 1er mai du Front National, déjà extrêmement tendu du fait des désaccords entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie. A 11h30, trois militantes Femen, perruque blonde et seins nus, se sont présentées au balcon d'une chambre du Grand Hôtel surplombant le Café de l'Opéra, à l'angle de la rue Auber et de la prestigieuse place.

Vue plongeante sur la grande tribune à laquelle la présidente du parti entamait son discours, les trois jeunes femmes, munies d'un fumigène et d'un mégaphone, ont hurlé des «Heil Le Pen», le slogan peint sur leur buste, en faisant le salut nazi. Au balcon flottaient deux drapeaux rouges, où la flamme frontiste avait remplacé la croix gammée. Marine Le Pen a tenté de poursuivre son allocution mais tous les regards étaient tournés vers les Femen, qui essuyaient sifflets et insultes. Jugeant «paradoxal de se dire féministe et d'interrompre un discours en honneur à Jeanne d'Arc», la présidente a interrompu son discours pendant plusieurs minutes, déstabilisée.

Au bout de plusieurs minutes, des membres du service d'ordre frontiste sont parvenus à entrer dans la chambre puis sur le balcon, agrippant violemment les perturbatrices. «Je crois que certaines vont être obligées d'aller se rhabiller», a lancé Marine Le Pen en contrebas. Vêtus de sombre, à la manière de policiers en civil, les vigiles ont traîné les jeunes femmes, l'une par les cheveux, dans l'appartement et arraché les drapeaux, qu'ils ont jetés à la foule avec des gestes victorieux.  «Cette recherche du buzz permanent me dégoûte, comme elle dégoûte les Français et je m'en extrais avec délectation et gravité», a conclu Marine Le Pen.

VIDEO. 1er mai du FN : l'évacuation musclée des trois Femen

«Notre violence à nous est et restera toujours symbolique», a tweeté à 12h20 le collectif. Notre violence à nous est et restera toujours symbolique. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CAUTET le vendredi 1 mai 2015 à 15:13

    Je croyais que la loi punissait les exibionistes !!

  • M5626052 le vendredi 1 mai 2015 à 14:53

    Je vais poser une question d'ordre juridique ? Sur la base de quel mandat et surtout de quel article du code de procédure pénale un service d'ordre privé peut-il investir des locaux tels qu'une chambre d'hôtel ? et molester des personnes qui ne font que manifester pacifiquement ? Est-ce cette conception du respect des droits de l'homme qui sera en vigueur si le FN gouverne la France ?

  • alain..c le vendredi 1 mai 2015 à 12:36

    mais à quel sein heu saint se vouer?