1985 : Le tremblement de terre de México et le football

le
0
1985 : Le tremblement de terre de México et le football
1985 : Le tremblement de terre de México et le football



Le 19 septembre 1985, México connaît le tremblement de terre le plus destructeur de son histoire. Un séisme qui touchera aussi le football, au point de provoquer la fuite d'un joueur de l'América. De lourds doutes pèseront aussi sur la tenue de la Coupe du monde 1986.

À México, une demi-finale du championnat national devait se jouer. Elle opposait deux clubs de la ville : Atlante et l'América. Mais ce jour-là, il n'y aura que décombres, désolation, et sirènes hurlantes, dans la mégalopole mexicaine. À 7h17, la terre commence à trembler. Milieu de terrain argentin de l'América, Daniel "el Ruso" Brailovsky se souvient : "Il y a eu une première secousse qui m'a surpris dans mon sommeil, déclare-t-il à El Grafico, nous étions à l'hôtel où l'équipe était concentrée avant le match. Je ne me suis rendu compte de rien, mais ma femme qui était enceinte de huit mois m'a appelé, terrorisée." Mexico commence alors à compter ses victimes ensevelies sous de monstrueux amas de pierres. Le chiffre officiel parle de 3 692 morts. La Croix Rouge en compte au moins 15 000. La ville, où n'existe pas encore de culture sismique, vit un chaos généralisé.

Le lendemain de la première secousse de 8,1 sur l'échelle de Richter, la terre tremble à nouveau. "J'étais avec ma femme, dans notre appartement, poursuit Brailovsky, nous vivions au dixième étage et l'immeuble a commencé à trembler ( ), les vitres à exploser, tous nos objets roulaient sur le sol comme des boules, le mur de notre chambre a commencé à se fissurer, je demandais à ma famille de garder son calme, mais j'étais terrifié, on s'est mis sous l'encadrement de la porte d'entrée, car c'est ce qu'on nous avait conseillé, mais des immeubles entiers s'effondraient, ma femme implorait "Qu'il ne s'effondre pas, qu'il ne s'effondre pas", on a alors fini par descendre par l'ascenseur, ce qu'il ne faut pas faire, et dehors nous attendait un spectacle terrifiant, on aurait dit que les bâtiments étaient de papier."

"La ville pourra s'effondrer, mais les stades du Mondial seront bien debout"




Le 19 septembre 1985, la sélection mexicaine se trouve, elle aussi, à Mexico. Réunie dans un hôtel, elle doit prendre un avion le matin même, direction la Californie. Malgré les terribles dégâts occasionnés par le tremblement de terre, El Tri parvient à accéder à l'aéroport…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant