1963, " Winter from Hell " et la petite mort du foot anglais

le
0
1963, " Winter from Hell " et la petite mort du foot anglais
1963, " Winter from Hell " et la petite mort du foot anglais

" L'hiver terrible " qui touche l'Europe entre 1962 et 1963 reste dans l'histoire comme le plus rude du XXe siècle. En Angleterre, les matchs sont reportés par centaines, et le championnat doit même s'arrêter pendant trois mois, de décembre à mars. Face à cette paralysie, les clubs sortent les très grands moyens pour continuer à jouer au football.

22 janvier 1963. Un mois que l'Angleterre est balayée par les tempêtes de neige, et Norwich reçoit Blackpool au 3e tour de la FA Cup. Prévue initialement le 5 janvier, la rencontre risque ce jour-là un onzième report, la faute à une météo qui n'arrête pas ses caprices blancs. Refusant de devoir une fois encore rentrer aux vestiaires sans avoir foulé le terrain, les locaux sortent des lance-flammes pour dégeler la pelouse d'un Carrow Road Stadium couvert d'un épais manteau de neige. " On était prêts à tout pour enfin jouer ce match, raconte à l'époque le porte-parole du Norwich City FC à la West Lancashire Evening Gazette. On s'est équipé de lance-flammes dans un ultime effort désespéré. Mais ça n'a servi à rien : aussi vite que la glace fondait, elle gelait à nouveau. On a aussi essayé les brise-glaces, mais ça n'a pas marché non plus. "

Cette année-là, le Royaume-Uni et une grande partie de l'Europe sont frappés par l'un des hivers les plus froids qu'ait connu le continent depuis 1740. Sols gelés sur 60cm, bourrasques à 190km/h, pics de froid à -30°C, boue et coupures de courant intempestives… Pas un temps à aller taper dans une balle, même pour des footeux. Alors, les compétitions nationales prennent du retard. Beaucoup de retard. Entamé au début de janvier 1963, le 3e tour de FA Cup est marqué par…1 reports, dont quinze pour la seule rencontre entre Lincoln City et Coventry City. Il ne sera bouclé que 66 jours plus tard, le 11 mars, lors d'un replay de Middlesbrough-Blackburn à Ayresome Park. La veille, la First Division, ancêtre de la Premier League, reprenait ses droits après près de trois mois d'une interruption forcée et quasi-totale. Pour s'entraîner et continuer à jouer au foot pendant ces longues semaines amputées de matchs, les clubs anglais rivalisent d'ingéniosité, avec plus ou moins de bonheur.

Liverpool s'entraîne dans des lycées, Chelsea bloqué à Malte


Jeune promu en pleine progression cette saison-là, Liverpool loue des salles de sport dans les lycées du Merseyside et organise des matchs amicaux par-delà les mers, là où il est encore possible de faire rouler des ballons, en Irlande. Les boys de Bill Shankly vont jusqu'à enchaîner les allers et retours en avion à Dublin et se font les griffes sur des clubs locaux, dont celui du quartier…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant