1956, le premier flirt européen de l'Athletic

le
0

Ce jeudi, l'Athletic Bilbao n'espère qu'une victoire pour éliminer les modestes Slovaques de Žilina pour atteindre la phase de groupes de la Ligue Europa. Une Europe à laquelle les Leones ont pris goût depuis 1956 et une épopée qui les a menés jusqu'à Manchester.

Plus qu'un statut social, l'Athletic Bilbao partage avec le Real Madrid et le FC Barcelone le titre honorifique de seule équipe n'ayant jamais connu la descente. Depuis désormais 84 ans, le fanion des Leones se trimbale avec cette fierté sur les pelouses de Liga. Et d'Europe. Forts de leurs huit titres de champions d'Espagne et de leurs vingt-trois Copas del Rey, les Basques voyagent à travers les contrées continentales. Leurs premiers déplacements remontent à l'année 1956, soit quelques mois après leur sixième Liga. Pour leur premier rendez-vous avec la grande Coupe d'Europe, ils s'avancent dans l'inconnu. Seul leur entraîneur, l'ancien Blaugrana Ferdinand Daucik, renvoie à un nom familier des amateurs de football. Le reste de l'équipe se compose essentiellement de jeunes promesses de la cantera et de valeurs sûres du football régional. Pour sûr, l'époque de la "Segunda Delantera Historica" - la "seconde attaque historique" en VF - est bien achevée et laisse place à un nouveau cycle vertueux de l'Athletic. Car, pour leur première épopée continentale, ces jeunes lions vont épater le Vieux Continent, le señor Puskás et, même, Manchester United.

"Même le pape nous connaît !"


Le premier arrêt européen des Basques remonte pourtant à juillet de la même année. La Coupe latine, qui regroupe les champions d'Italie, d'Espagne, de France et du Portugal, accueille pour sa finale le Milan AC et l'Athletic Bilbao. De cette rencontre, perdue 3-1 par les représentants espagnols, la mémoire collective ne se rappelle que de l'avant-match. Reçus par le pape Pie XXII, les Leones en gardent un souvenir éternel qui vit toujours aujourd'hui à travers une plaque commémorative de San Mamés : "Même le pape nous connaît !" Plus que le big boss de l'église catholique, ce sont désormais de nombreux clubs européens qui connaissent les Rojiblancos. Le premier répond au nom de FC Porto. À l'occasion du seizième de finale aller de la Coupe d'Europe, les hommes de Daucik ne se ratent pas et remportent leur premier succès. "Toute l'équipe a fait le match qu'elle devait faire, assure El Correo, journal et institution régionale. Dès l'entame, l'équipe respecte sa stratégie : un marquage strict et d'homme à homme." Ce succès 1-2 dans la besace est validé six jours plus tard par une…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant