17 octobre 1961 : Français, vous souvenez-vous ?

le
8
Des manifestants algériens arrêtés à Paris le 17 octobre 1961.
Des manifestants algériens arrêtés à Paris le 17 octobre 1961.

C'était il y a 53 ans. Le 17 octobre 1961, plusieurs dizaines d'Algériens étaient tués à Paris lors de la répression d'une manifestation interdite. Longtemps passés sous silence, ces événements sont désormais commémorés chaque année, non sans susciter de violentes polémiques au sein de la classe politique. Cette année, en marge des manifestations officielles - dont le dépôt d'une plaque commémorative par Anne Hidalgo vendredi -, un rassemblement était organisé samedi non loin du pont de Clichy. Rescapés, historiens, ou simples curieux, des dizaines de personne se sont réunies pour commémorer la "sanglante répression" du 17 octobre 1961. Le Point.fr y était. Petit retour en arrière. Le 17 octobre 1961, sept ans après le début de la guerre d'Algérie, l'indépendance apparaît de plus en plus inéluctable. Les Français ont approuvé l'autodétermination de l'Algérie le 6 janvier 1961 lors d'un référendum. Mais cinq mois avant que les Accords d'Évian n'entérinent l'indépendance algérienne, des exactions se déroulent à Paris. Elles seront passées sous silence pendant des décennies. Un couvre-feu destiné aux Algériens résidant en région parisienne a été mis en place par Maurice Papon, préfet de police de la Seine, depuis le 5 octobre. La Fédération de France du FLN décide de riposter à ce couvre-feu discriminatoire en organisant une manifestation le 17 octobre. La répression sera violente et meurtrière. La police utilise...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6827458 le dimanche 19 oct 2014 à 20:16

    la toréador veut que je lui transmette les photos du massacre des enfants dans les écoles de PHILIPPEVILLE? massacré par le FLN les photos des instituteurs égorgés,des institutrices éventrées.J étais soldat envoyé pour arreter le massacre et éviter une émeute un régiment para ,pour faire barrage.

  • 2445joye le dimanche 19 oct 2014 à 17:05

    Il m'a échappé que les autorités algériennes, par un juste retour des choses, ait simultanément déposé une plaque commémorative en mémoire des Français qui ont reçu une balle dans la tête dans les rues d'Alger le jour de l'indépendance algérienne.

  • M6827458 le dimanche 19 oct 2014 à 16:23

    ALORS ON EFFACE le massacre de PHILIPPEVILLE tu t en souvient gaucho socialotcommuniste toi qui portais les valises

  • M8252219 le dimanche 19 oct 2014 à 15:10

    Ne faisons pas de communautarisme MAIS :environ 66000 incarcérés en France soit 50% de la population carcérale sont de confession musulmane.En France 10 à 15% de la population 6 à 8 millions se dit musulmane.Y A UN PROBLÈME QUELLE QUE PART!!!!! L'ÉDUCATION NATIONALE OU L'ÉDUCATION FAMILIALE. A ne pas vouloir parler d'un problème on ne peut pas le traiter

  • LeRaleur le dimanche 19 oct 2014 à 14:54

    La manif était interdite, ils n'ont eu que ce qu'ils méritaient.

  • M5441845 le dimanche 19 oct 2014 à 13:22

    Hervé Gourdel aurait aimé pouvoir se souvenir....

  • M8721653 le dimanche 19 oct 2014 à 12:49

    Au moins à l'époque on avait des responsables qui se faisaient respecter et défendaient les vrais français Pas de reculades

  • M4426670 le dimanche 19 oct 2014 à 12:41

    La repentance, ça suffit!!! La manif du FLN, ennemi de la France, était interdite non pas en raison de ses positions politiques mais militaires! Ceux qui prennent les armes contre leur pays d'accueil n'ont rien à y faire!!!!!