15 juin 1915 : Charles Simon, mort pour la France, le foot et Dieu…

le
0
15 juin 1915 : Charles Simon, mort pour la France, le foot et Dieu…
15 juin 1915 : Charles Simon, mort pour la France, le foot et Dieu…

Le 15 juin 1915 s'effondrait sur le front d'Artois, quelque part du coté d'Écurie dans le Pas-de-Calais, un certain Charles Simon. Ce simple soldat du 205e régiment d'infanterie, un parmi les plus de 100 000 morts français de cette terrible bataille, va pourtant laisser son nom dans l'histoire. En effet, la première Coupe de France sera dotée en son honneur d'un trophée portant son patronyme. Surtout ce Parisien de naissance, ancien joueur de l'Étoile des Deux Lacs, illustre l'importance des catholiques à crampons dans l'essor initial du foot français. Et aussi l'avènement de la nouvelle religion du ballon rond.

Charles Simon est né en 1882, dans une famille bourgeoise de la capitale, plutôt portée sur la messe. Il fréquente donc très tôt les patronages, notamment celui de la paroisse de Saint-Honoré d'Eylau (dans le 16e arrondissement). L'église catholique a fait de ces " œuvres " le ferment de sa résistance face à cette gueuse de République qui est en train d'emporter le morceau et " sa fille aînée " par la même occasion. Les temps sont au changement, et certaines soutanes le comprennent fort bien. Le pape Léon XIII publie son encyclique " Rerum novarum " en 1891 pour inciter les chrétiens à se confronter aux enjeux des temps modernes, ceux du capitalisme triomphant, plutôt que de rêver d'un éternel retour à l'ordre ancien. Dans cette lancée, quelques audacieux pensent que la reconquête d'une jeunesse désormais obligée de se scolariser (depuis 1882) dans les écoles des hussards noirs de Jules Ferry, passe par la conversion non seulement des esprits, mais aussi des corps. La nouvelle mode des sports, souvent d'inspiration anglo-saxonne, s'impose petit à petit à la fin du dix-neuvième, début vingtième, comme un viatique incontournable pour accomplir cette ambitieux projet d'évangélisation (ainsi le pape Pie X reçoit le très conservateur baron de Coubertin dès 1905 et fournit son appui moral à des Jeux olympiques à Rome).

Football balbutiant et footeux laïcs


Parmi ces disciplines athlétiques, le Football Association (encore largement à l'ombre du football rugby dans l'Hexagone) récolte en particulier les faveurs des patrons. Dans le club de l'Étoile des Deux Lacs (ceux du bois de Boulogne), le jeune Charles Simon, accompagné d'Henri Delaunay (qui disputera plus tard à Jules Rimet la paternité de la Coupe du monde) se prend d'un amour profane et exalté pour les matchs à onze contre onze. Il grimpe vite les échelons au sein de la Fédération sportive et gymnique des patronages de France (fondée en 1898, aujourd'hui FSCF) ou il prend la responsabilité de la commission Football (tout en militant au niveau international en faveur du sport catholique). Mais l'histoire rattrape ce football balbutiant d'à peine quelques milliers de pratiquants forcenés et convaincus.

La loi concernant la séparation des Églises et de l'État est en effet promulguée le 9 décembre 1905. C'est le début d'une guerre entre les footeux laïcs (tout est relatif) et la fédé des patros, chacun excluant l'autre.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant