140 000 ?ufs détruits : les producteurs bretons amplifient leur action

le
6
140 000 ?ufs détruits : les producteurs bretons amplifient leur action
140 000 ?ufs détruits : les producteurs bretons amplifient leur action

Voilà quatre soirs consécutifs qu'un collectif d'une vingtaine de producteurs bretons en colère casse des ?ufs. Bien décidés à ne pas lâcher, ces aviculteurs en colère ont détruit quelque 140 000 ?ufs vendredi soir à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor). Ils réclament des mesures d'urgence pour faire remonter les cours, au risque de radicaliser leurs actions.

En début de soirée, pour apaiser les esprits, le ministère de l'Agriculture avait pourtant annoncé la tenue d'une réunion entre le préfet de Bretagne et la filière avicole «en début de semaine prochaine». De son côté, la FNSEA, le principal syndicat agricole, avait réagi pour la première fois à l'action de ce collectif -qui ne se revendique d'aucune organisation syndicale- en soutenant leurs revendications.

«C'est la détresse. Il y en a qui vont devoir peut-être mettre la clé sous la porte dès demain parce qu'on est dans le pic des bas prix», a confié un membre du collectif vendredi qui dénonce la situation de surproduction d'oeufs en France et en Europe, qui fait chuter les cours. «On demande à ce que 5% de la production française dégage hors d'Europe pour faire remonter les cours», expliquait plus tôt Stéphanie Jestin, productrice dans le Finistère. Pour elle, c'est aux organisations de producteurs (OP) de s'organiser pour résoudre la crise. «On attend la réponse des organisations de producteurs, et de l'Etat, car il faudrait un médiateur pour surveiller les mesures qui seront prises».

Une réunion avec le préfet la semaine prochaine

Justement, le ministère a donc annoncé une réunion la semaine prochaine avec le préfet de Bretagne pour tenter de trouver des «solutions opérationnelles». Il suggère de juguler la production, sans détruire les ?ufs, en mettant par exemple en place des dons à des associations caritatives ou en commercialisant ces ?ufs hors du circuit de l'alimentation humaine.

Mais, pour l'instant, pas de réelle mesure ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • peggy111 le samedi 10 aout 2013 à 11:47

    dire qu il y en a qui n on pas les moyens dans acheter et creve la faim et eux les jettes des nuls pauvre france

  • M2723293 le samedi 10 aout 2013 à 09:52

    Dans le monde des marchés il va falloir apprendre aux acteurs à se protéger à la baisse en mettant en place une régulation consistant à prélever sur les hausses les fonds de solidarité.Tous les acteurs des marchés le font pourquoi les syndicats agricoles ne l'organiseraient-ils pas?

  • M3896121 le samedi 10 aout 2013 à 07:01

    Ce n'est sûrement pas le cas mais...... imagine 7 oeufs dans ton assiette quand tu n'as rien d'autre à mangercode 3 ou pas tu n'en a rien à battre et les bons FRANCAIS ne demanderaient qu'à planter la fourchette dedans

  • nayara10 le vendredi 9 aout 2013 à 22:25

    A Sept centimes d'€uro l'OEUF et que les régions sont aux mains du PS-PC..Le socialisme à la Française prospère bien...

  • jean.coq le vendredi 9 aout 2013 à 21:55

    Ben donc, ce sont les AUTRES qui doivent juguler la surproduction ...

  • imagine7 le vendredi 9 aout 2013 à 21:00

    des oeufs du code 3 c'est élevage en batterie; alors de la M E R D E