14 nouvelles régions : gare aux conséquences économiques !

le
0
La nouvelle carte de France de François Hollande et Manuel Valls n'a rien de révolutionnaire. Elle devrait pourtant susciter la résistance des élus de tous bords.
La nouvelle carte de France de François Hollande et Manuel Valls n'a rien de révolutionnaire. Elle devrait pourtant susciter la résistance des élus de tous bords.

François Hollande et Manuel Valls sont parvenus à dresser la nouvelle carte des régions de France. Le déjeuner entre les deux hommes qui a eu lieu ce lundi devait régler les derniers détails. Une réunion finale, lundi soir, a permis de finaliser le projet. Les fusions de régions devraient conduire à quatorze territoires sans redécoupage cantonal. Les élections régionales auraient lieu à l'automne 2015 au lieu de mars. Avant le week-end, les élections cantonales n'étaient pas supprimées en raison de difficultés constitutionnelles qui entravent François Hollande dans sa volonté "départementicide". Les métropoles restent en l'état. Résistances Voici donc comment s'opéreraient les regroupements régionaux : L'Auvergne et Rhône-Alpes fusionneraient. Les deux Normandie se regrouperaient. La Champagne-Ardenne et la Picardie sont appelées à se rapprocher. Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon seraient joints. Centre, Limousin et Poitou-Charentes fusionneraient. La Bourgogne et la Franche-Comté ont déjà annoncé leur mariage. L'Alsace et la Lorraine ne formeraient plus qu'un seul ensemble. En revanche, les régions Pays de la Loire et la Bretagne conservent chacune leurs frontières actuelles. L'Aquitaine, Le Nord-Pas-de-Calais, la Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Ile-de-France et, bien sûr, la Corse ne sont pas non plus concernées. Une réforme à la va-vite Que faut-il attendre d'une telle réforme ? Sans doute assez peu...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant