14 mai 2000 : le jubilé de la Lazio

le
0
14 mai 2000 : le jubilé de la Lazio
14 mai 2000 : le jubilé de la Lazio

Le 14 mai 2000, il y a quinze ans jour pour jour, la Lazio décrochait le deuxième Scudetto de son histoire. Le dénouement de l'une des journées les plus folles de l'histoire de la Serie A.

Quinze ans plus tard, les supporters de la Lazio se souviennent encore de tout. De l'heure exacte, 18h04. De ce sentiment d'attente interminable. De cette tension. Et puis de cette explosion. Une explosion que le peuple laziale avait attendu 26 ans. Du 12 mai 1974 au 14 mai 2000. De Giorgio Chinaglia à Alessandro Nesta. De Tommaso Maestrelli à Sven-Göran Eriksson. L'histoire d'un Scudetto improbable, quasiment inimaginable quelques semaines encore auparavant. "Gagner le Scudetto avec la Lazio a été l'un des meilleurs moments de ma vie. Je me rappellerai toute ma vie de l'accolade du président Cragnotti, des joueurs, de Spinosi, de tout le staff. Je me rappelle de chaque moment" avait raconté il y a deux ans Sven-Göran Eriksson aux micros de Lazio Style Radio. Le couronnement de trois années de travail, et d'un long et couteux investissement.

De la victoire en Coupe à la remuntada du Milan


Retour en arrière d'une dizaine d'années. Au début des années 90, la Lazio remonte en Serie A après des années 80 très compliquées, passées pour la plupart du temps en Serie B (scandale Totonero, etc ). Un nouveau président, Sergio Cragnotti, débarque, avec la ferme intention de faire de la Lazio le plus grand club italien. Il construit une jolie équipe qui, avec des joueurs comme Beppe Signori, Gigi Casriaghi ou Paul Gascoigne, va venir titiller les gros du championnat. Mais il manque ce petit quelque chose. Ainsi, à l'été 1997, Cragnotti débauche l'entraîneur suédois Sven-Göran Eriksson et ramène par la même occasion Roberto Mancini, Vladimir Jugovic ou Almeyda. L'équipe est ambitieuse, va réaliser une deuxième partie de saison magnifique, couronnée par une victoire en Coupe d'Italie (premier titre depuis le Scudetto de 1974) et une finale de Coupe UEFA perdue contre l'Inter de Ronaldo. Les reins de Luca Marchegiani s'en souviennent encore.



A l'été 1998, Cragnotti décide de passer à la vitesse supérieure. Le recrutement est pharaonique : Salas, Mihajlovic, Conceiçao, De La Pena, Stankovic et Vieri débarquent dans la capitale italienne. Le début de saison est hésitant, mais lorsqu'Alessandro Nesta et Christian Vieri reviennent…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant