14 Juillet : le dernier vol du Mirage F1

le
0
14 Juillet : le dernier vol du Mirage F1
14 Juillet : le dernier vol du Mirage F1

A 13 km d'altitude, le Mirage F1 B-502 du capitaine Rodolphe Goin se retourne et part soudain en tonneau pour se rétablir... 200 m plus bas. Sur la radio crépite la voix de Soubi, le leader : « Formation flèche. Top ! » En trois secondes, cinq appareils rapprochent leurs ailes à moins de 3 m l'une de l'autre. Les pilotes de l'escadron 2.33 de Mont-de-Marsan poussent leur réacteur à plus de 900 km/h, direction Caen (Calvados). Ce mercredi, pour cette ultime mission, les aviateurs flirtent avec les côtes normandes. Une dernière fois avant que le légendaire Mirage F1 ne tire sa révérence.

Cet appareil est l'un des rares avions à pouvoir atteindre deux fois la vitesse du son, soit plus de 1 200 km/h. Au début des années 1970, l'armée de l'air française et ses ingénieurs planchent sur la conception d'un avion supersonique. Un appareil d'attaque et de reconnaissance capable d'évoluer en basse altitude et par tous les temps.

Utilisé encore pour Serval

Fin, étroit, taillé comme une flèche, le Mirage F1 entre en service fin 1973. Le fleuron de l'armée française sera de toutes les missions, jusqu'à récemment au Mali pour l'opération Serval. « Nous étions les premiers à nous poser sur Bamako, glisse le capitaine Goin. Notre mission était de contrer l'avancée des jihadistes. »

Au-dessus de Caen, les cinq officiers commencent leur exercice de reconnaissance. La radio crachote dans les casques : « ici Leader pour Doumé ! » Doumé, c'est le commandant Masso. Chaque pilote est affublé d'un surnom. Pour le capitaine Goin, c'est Cochon. Ebloui par les rayons du soleil, perçants à cette altitude, il abat la visière fumée de son casque d'un geste rapide. « Dislocation ! » ordonne Soubi à travers son masque à oxygène. L'instant d'un virage à 90 o, à retourner l'estomac des moins aguerris, les quatre pilotes suiveurs séparent leurs aéronefs pour former une fleur dans le ciel normand. 150 m plus bas, l'archange doré du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant