14 Juillet : François Hollande se voit en président «audacieux»

le , mis à jour le
12
14 Juillet : François Hollande se voit en président «audacieux»
14 Juillet : François Hollande se voit en président «audacieux»

Comme le veut la tradition, François Hollande a répondu ce mardi à l'interview du 14 juillet, après avoir assisté au défilé militaire des Champs-Elysées. Pour ce quatrième et avant-dernier 14 Juillet du quinquennat, qui intervient dans un contexte de multiplication des crises et de forte menace terroriste, François Hollande voulait de la «simplicité et la sobriété», selon un de ses conseillers.

Le chef de l'Etat a longuement évoqué l'accord européen sur la Grèce, pour lequel il s'est beaucoup investi. Six mois après les attentats de Paris, il s'est également attardé sur la menace terroriste et les questions de sécurité. Invité de dernière minute dans l'actualité : l'accord conclu entre les grandes puissances et l'Iran sur le nucléaire, au terme de 21 mois de négociations. De quoi permettre à Hollande de revenir sur la politique étrangère et la place de la France dans le monde. Autant de questions régaliennes, donc. 

Une petite place a toutefois été accordée aux questions de politique intérieure. L'occasion pour le président de la République de redire qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle de 2017 «s'il n'y a pas de baisse du chômage». L'occasion aussi de conforter publiquement (et fermement) Manuel Valls dans ses fonctions : «Ce Premier ministre doit terminer ce quinquennat avec moi. Quand on a un bon Premier ministre, on le garde.» 

Ne souhaitant pas évoquer ses adversaires - «j'ai suffisamment de sujets à traiter, celui-là n'est pas sur ma table de travail», balaie-t-il quand on l'interroge sur Nicolas Sarkozy - François Hollande a, en revanche, pris le temps d'égrainer les mesures prises en faveur de la croissance et de l'emploi. Et s'est laissé aller à un instant d'autocongratulation, lâchant aux journalistes qui l'interrogeaient : «Vous en connaîtrez, j'espère, des présidents aussi audacieux que moi...»

QUESTION DU JOUR. François Hollande est-il un président audacieux ? ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le mercredi 15 juil 2015 à 08:02

    oui, il est très audacieux de penser qu'il l'est !!! Mais cela s'arrête là. On aurait préféré qu'il soit audacieux pour l'économie de notre pays.

  • nayara10 le mardi 14 juil 2015 à 23:44

    Hallahtoune....Hallatoune...!

  • nayara10 le mardi 14 juil 2015 à 23:41

    Abibi...Abibi...Le pétrole va chuter grâce à l'accord avec l'Iran. ...Les taux à zéro... LEs taxes vont baisser!.Abibi...Abibi...Plus de chômeurs ..!!!!Saint Nicolas benit ....Fantasia ...Feux d'artifices à Noël.....Nous allons vers le bonheur ..!!!

  • nanard83 le mardi 14 juil 2015 à 21:42

    L'audacieux a reculé devant 4 bretons en colère !!

  • Berg690 le mardi 14 juil 2015 à 20:28

    Ces types osent tout,c'est à cela qu'on les reconnait.

  • M4760237 le mardi 14 juil 2015 à 20:17

    Se voir, c'est bien. Entendre les Français, c'est mieux.

  • janaliz le mardi 14 juil 2015 à 20:12

    Il va bientôt se prendre pour d'Artagnan....

  • mark92 le mardi 14 juil 2015 à 20:12

    Ben le principal, encore une promesse, il ne se représentera pas si il ne fait pas baisser le chomage. 2 922 100 chpmeurs en mai 2012. 3 552 200 en mai 2015. Parole, promesse.. Le principal: on bouffe bien à l'élysées, avions gratos, voitures avec chaufeurs, hôtel 5*, et le tout nourri logé. Merci la France

  • msoulie3 le mardi 14 juil 2015 à 16:46

    "Aussi audacieux"dans le mensonge... non, jamais. Aprés vous, c'est à dire trés bientôt, TOUS LES CANDIDATS seront scrutés dans leur programme, et on punira celui qui dira "MOI, président". Cette expression est devenue l'illustration du mensonge, de la trahison et de l'insignifiance.

  • msoulie3 le mardi 14 juil 2015 à 16:42

    "Aussi audacieux que lui ?????"C'est très vrai. Car après "l'inversion de la courbe du chômage" (que les citoyens ne voyaient pas), " la croissance est là....(bien sur); on ne peut oublier le nombre des chomeurs toutes catégories confodues (5 MILLIONS), le nombre de plus en plus élevé de faillite d'entreprises (mais il ne connait pas "l'entreprise", l'énarque), l'augmentation de la dette (en dépit d'un pétrole à -50%, de taux très bas et d'un euro attractif) et l'absence de réformes.