14 Juillet : eh bien, dansons maintenant...

le
0
14 Juillet : eh bien, dansons maintenant...
14 Juillet : eh bien, dansons maintenant...

Ce soir et demain, des centaines de milliers de Français guincheront sous les lampions et les drapeaux tricolores, entraînés par des airs connus de musette, de variétés made in France ou de disco venu d'ailleurs. Pas moins de 10 000 bals populaires enflammeront, en effet, les célébrations du 14 Juillet dans les casernes de pompiers, au stade municipal ou sur la place du village.

A l'initiative des mairies, d'associations ou du Parti communiste, le bastringue ne connaît pas la crise, bien au contraire, offrant pour pas un sou une sortie familiale forcément amusante. En 2013, 117 000 bals ont fait swinguer les bons vivants. Parmi eux, 60 000 événements en plein air et 57 000 repas ou thés dansants. Il s'agit là de la fiesta collective numéro un dans notre pays. Dix millions de Français s'évadent au moins une fois par an au bal pour se déhancher au rythme des accordéons et synthétiseurs.

Et pas seulement dans nos campagnes, loin s'en faut : plus de la moitié des danseurs résident dans des agglomérations de plus de 10 000 habitants. « Le bal populaire est un secteur qui se porte toujours bien parce que c'est culturel, très ancré dans l'ensemble de nos régions. C'est également un temps fort pour le tissu associatif très dense. Enfin, cela s'explique par le lien fort qu'ont les Français avec la musique et les artistes sur scène », décrypte Philippe Mattelon, de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem).

Chaque année dans l'Hexagone, 70 000 bals sont illuminés par un véritable orchestre. Ceux au bord de l'eau, les fameuses guinguettes (qui élisent demain leur Miss nationale à la Guinguette du Rhin à Strasbourg), affichent également une belle santé.

« C'est un loisir populaire, avec des valeurs de simplicité et de convivialité dans lesquelles tout le monde se retrouve, comme avant finalement. Même les jeunes s'approprient la tradition riche en rencontres éphémères, lors d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant