14 Juillet de Hollande : «Prendre les bons points quand il y en a»

le
1
14 Juillet de Hollande : «Prendre les bons points quand il y en a»
14 Juillet de Hollande : «Prendre les bons points quand il y en a»

« Pour une fois, au 14 Juillet, François Hollande aura le vent dans le dos et non dans la figure ! » Hier, les proches du chef de l'Etat se disaient soulagés. Obtenu à l'arraché et après dix-sept heures de négociations, l'accord évitant la sortie de la Grèce de la zone euro a conforté, selon eux, la position de Hollande. « Il a été seul longtemps à vouloir un accord à tout prix, estime un ministre. C'est une victoire personnelle pour lui. » Aujourd'hui, le président devrait longuement revenir sur la situation européenne lors de la traditionnelle interview du 14 Juillet.

« Ce n'est pas si souvent, donc il faut prendre les bons points quand il y en a », lâche un parlementaire socialiste. « Il va réexpliquer le sens de la position française », détaille un conseiller élyséen. Sur le plan intérieur, cette issue redonne un peu d'air à Hollande. Pour une fois, la gauche a été unanimement derrière lui. « Bien sûr, les conditions sont dures pour la Grèce, mais Tsipras voulait cet accord, Hollande lui a permis de l'avoir, et ça, le peuple de gauche l'a bien noté », estime le député socialiste Yann Galut. Cependant, ce soutien peut être de courte durée, car l'épisode a aussi renouvelé les impatiences sur la réorientation de l'Europe. Alors qu'il s'était engagé durant sa campagne à l'obtenir, Hollande s'est, depuis, vu reprocher de n'avoir pas agi dans ce sens. « On est au milieu du gué, lâche un élu socialiste frondeur. On a entendu cette fois que Paris ne parlait pas la même langue que Berlin, Hollande a su répondre à l'urgence, mais il doit maintenant aller plus loin. »

«Cela nourrit son image d'homme d'Etat »

Si certains socialistes avouent croire que l'épisode grec permettra à un président, toujours très impopulaire, de reprendre quelques couleurs dans les sondages, la plupart font attention à ne pas tomber dans l'euphorie. « Peu importe ce qui se passera dans les sondages mais, sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mardi 14 juil 2015 à 11:22

    créer de la dette supplémentaire il sait faire et s'en félicite !