14 Juillet : 51% des Français ne jugent pas nécessaire l'interview présidentielle

le
64
14 Juillet : 51% des Français ne jugent pas nécessaire l'interview présidentielle
14 Juillet : 51% des Français ne jugent pas nécessaire l'interview présidentielle

Pas certain que France 2 et TF 1 fassent recette dimanche. Selon notre sondage exclusif BVA pour i>télé et « le Parisien » - « Aujourd'hui en France », les Français sont très partagés sur l'interview télévisée que Francois Hollande va accorder à l'occasion du 14 Juillet à Claire Chazal et Laurent Delahousse : 51% des Français estiment qu'il n'est pas nécessaire que le président parle à chaque fête nationale (contre 48% favorables).

« Le caractère obligé de cet exercice n'est pas bien perçu, explique Céline Bracq de BVA. Ça lui donne un côté absurde. » Les sympathisants de gauche sont davantage demandeurs (58%). « Nous sommes à un moment où le pays connaît de l'inquiétude et du pessimisme. Il est donc nécessaire que le président parle », explique Claude Bartolone le président de l'Assemblée nationale.

Redonner du sens

Parler, mais de quoi? Les préoccupations économiques écrasent tout. Pour 48% des Français, le chômage est le dossier prioritaire, suivi de la croissance (34%) et du pouvoir d'achat (24%). Avec l'aggravation de la crise, « la sensibilité à la question du chômage s'est d'ailleurs accentuée », relève Bracq. Lors du dernier Conseil des ministres, Hollande a de nouveau mis la pression sur son gouvernement pour obtenir des résultats. « Tant qu'on n'arrivera pas à inverser la courbe du chômage, nous ne serons de toute façon pas audibles », confie un ministre.

Inutile donc de s'attarder longtemps sur les questions politiques : retour de Sarkozy, éviction de Delphine Batho? « François Hollande sait qu'il sera interrogé là-dessus mais pas besoin d'entretenir des feuilletons préfabriqués », prévient un autre membre du gouvernement. L'essentiel, en cette fin de session parlementaire, c'est de redonner du sens. « Une loi chasse l'autre. Du coup, on a un puzzle un peu disparate. Au président de donner la vision d'ensemble », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2614138 le vendredi 12 juil 2013 à 23:45

    S il parle le looser il va encore pleuvoir ! Marre de se faire prendre pour des cons par un tigros boutonneux trop serré dans sa gaine

  • M1310580 le vendredi 12 juil 2013 à 22:32

    une intervention qui sera de toute façon contre- productive compte tenue de la situation sur le terrai

  • idem12 le vendredi 12 juil 2013 à 20:31

    S'il pouvait arrêter de parler pour agir ce serait bien aussi non ?

  • dotcom1 le vendredi 12 juil 2013 à 17:43

    "Moi Anormal 1er je démissione et abroge la mariage homo, les 35h, le SMIC, le RMI et l'ISF. Bonne fête nationale. Adieu."

  • frede331 le vendredi 12 juil 2013 à 17:40

    @m549502 : tu veux que je te rappelle comment on a traité Sarko pendant 5ans, tous medias confondus? Hollande ne merite aucune consideration, il a gagné a un concours de circonstance elu par des blai.reaux qui portent de ce fait une lourde responsabilité dans la degradation a vitesse rapide de ce pays

  • frede331 le vendredi 12 juil 2013 à 17:32

    Tant qu'a avoir des chars sur les champs elysées autant que l'armée en profite pour le renverser comme en egypte . ca nous liber.erait de ce bou.let qui detruit et salit la France

  • bsr16 le vendredi 12 juil 2013 à 17:12

    il ne sera pas plus credible ce jour que les autres jours....

  • SeanO le vendredi 12 juil 2013 à 17:07

    Pour mémoire;Juan Carlos à Chavez.

  • SeanO le vendredi 12 juil 2013 à 17:06

    "Por qué no te callas?"

  • knbskin le vendredi 12 juil 2013 à 16:15

    Exact, M5495902 ... Pépère ne mérite aucune considération. Il n'en manifeste lui-même aucune envers la France qu'il ridiculise depuis son élection. On est dans le même tonneau qu'avec Paul Deschanel ou Pétain : des gâteux à al tête du pays, en des époques troublées. Seule différence, Pépère n'est pas gâteux. Juste un politicard sans envergure dépassé par un succès inespéré.