14-18 : un an de commémorations

le
0
Expositions, colloques, spectacles, ... Plus de 1000 projets ont été labellisés pour célèbrer le centenaire de la Première Guerre mondiale.

Lazare Ponticelli, le dernier poilu, a disparu en 2008. Avec l'effacement des derniers témoins directs, les célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale ouvriront pleinement le temps de l'appropriation indirecte. La mémoire est désormais dans les mains des historiens, des enseignants, des archivistes et, dans une large mesure, des familles. Parallèlement à la façon dont, au sommet de l'État, François Hollande reprendra à son compte le récit national de 14-18, les commémorations se joueront «par le bas», à travers une multitude d'initiatives (expositions, colloques, spectacles, chantiers numériques...).

Chargée de l'organisation, une mission du centenaire avait été créée en février 2012, présidée par une figure de l'armée, le général Elrick Irastorza, et dirigée par le haut fonctionnaire Joseph ­Zim...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant