13 novembre-Aristide Barraud«Je pouvais à mon tour aider les gens»

le
0
13 novembre-Aristide Barraud«Je pouvais à mon tour aider les gens»
13 novembre-Aristide Barraud«Je pouvais à mon tour aider les gens»

Il nous a donné rendez-vous près du Jardin du Luxembourgà Paris (Ve), à deux pas de la Sorbonne où il a déjà décroché des licences en histoire et cinéma. Il y a un an, Aristide Barraud, 27 ans, demi d’ouverture du club italien de Mogliano, a frôlé la mort, touché lors de la fusillade devant le restaurant le Petit Cambodge, le 13 novembre 2015. Lundi soir (20h50), la chaîne L’Equipe diffusera le bouleversant documentaire «Alice et Aristide». Ce film de 56 minutes retrace le parcours de l’ancien rugbyman francilien (Stade Français, Massy), et de sa soeur, 25 ans, acrobate, touchée elle aussi par les balles, des blessures à la pratique de leur passion.

 

Quand et comment est née l’idée de ce documentaire sur votre retour au rugby ?

ARISTIDE BARRAUD. Après le 13 novembre 2015, j’ai rapidement eu énormément de demandes de documentaires, de reportages sur moi venant de nombreux pays et de beaucoup de productions françaises. J’étais en contact avec certaines mais je réfléchissais beaucoup, je n’avais pas pris ma décision. Laetitia (NDLR : Krupa, la réalisatrice) est en fait une journaliste qui a formé, accompagné, et est devenue l’amie de ma meilleure amie, Aïda Amara. Un jour Aïda m’a appelé en me disant : «J’ai parlé à Laetitia, elle veut faire quelque chose, mais sur toi et Alice.» Je lui ai demandé si elle était dans le projet. Elle m’a dit : «oui, je suis co-réalisatrice, je serai là tout le temps». J’ai dit : ok, on y va. 

 

Il vous fallait de la confiance ?

Oui, le sujet est tellement sensible. Je voulais être entouré de gens bienveillants. Et puis, cette approche autour du destin d’un frère et une soeur, me touchait et me semblait juste. 

 

Avez-vous aussi pensé à la portée que pourrait avoir un tel projet ?

Quand j’ai fait l’interview dans L’Equipe (NDLR : le 2 mars), le journal et moi avons reçu des milliers de messages disant que mes mots, ma volonté, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant