110 passagers se font «voler» leur avion à l'aéroport de Lyon

le
0
110 passagers se font «voler» leur avion à l'aéroport de Lyon
110 passagers se font «voler» leur avion à l'aéroport de Lyon

Mauvaise surprise pour les passagers du vol Smart Wings QS2431 Palma de Majorque/ Paris ce samedi. Leur avion, affrété par le voyagiste français FRAM, a décollé à 16 heures de l'île espagnole avant de faire escale, comme prévu, à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry... mais n'a jamais redécollé pour Roissy, l'appareil repartant finalement pour les Canaries avec d'autres passagers... «C'est un véritable hold-up», tonne une des passagères, jointe par leparisien.fr.  Débarqués, les 110  passagers ont en effet dû attendre des heures dans l'aérogare avant que leur compagnie aérienne ne se décide à mettre à leur disposition des bus pour rejoindre la capitale. Résultat : leur voyage aura duré près de 13 heures...

Capture d'écran du site Aeroportsdeparis.fr :

«Ce voyage retour de Majorque à Paris s'annonçait plutôt bien, raconte la passagère, Jackie : un départ à l'heure, un avion correct, juste la compagnie tchèque qui nous était inconnue (Travel Airline Service, sous la marque Smart Wings). Nous sommes arrivés à l'escale de Lyon à 17h30, une heure d'attente était prévue. La fin de notre voyage à Paris était programmé à 19h45. Mais cela a vite tourné au cauchemar : on nous a d'abord annoncé que l'avion faisait le plein de kérosène, et puis on a vu nos bagages sortir de la soute....»

«On a vu d'autres passagers monter dans notre avion»

Inquiets, certains passagers sont allés voir l'équipage qui leur a expliqué que le bagages devaient être triés :«Je ne pensais pas qu'ils étaient si mal organisés pour ne pas trier les bagages au départ», poursuit-elle. C'est à ce moment-là qu'une hôtesse leur a annoncé qu'ils seraient amenés à changer d'avion. «On a quand même dû attendre près une heure trente avant d'être débarqués.... comme des malpropres en plus. Et en voyant deux gendarmes à la sortie de l'avion, là  j'ai commencé sérieusement à m'interroger ». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant