11 Septembre : quinze ans après, 1113 victimes toujours non identifiées

le , mis à jour à 09:16
0
11 Septembre : quinze ans après, 1113 victimes toujours non identifiées
11 Septembre : quinze ans après, 1113 victimes toujours non identifiées

Une attente insoutenable. Quinze ans après l'attaque des tours jumelles de Manhattan par des terroristes, le travail d'identification des victimes est loin d'être achevé. Sur les 2 753 personnes déclarées disparues au World Trade Center le 11 septembre 2001, 1 113 n'ont pas pu être identifiées par les médecins légistes, soit environ... 40 %. Sans confirmation matérielle, ces victimes demeurent des « disparus », dont les familles et proches, privés de sépulture, peinent à réaliser leur travail de deuil. Tous les concernés parlent de « souffrance sans fin ».

 

 

 

Photos de disparus parmi les 2753 victimes des attentats contre les Twin Towers. (CC)

 

Dans les mois qui avaient suivi les attentats de New York, les autorités médicales ont récupéré sur la zone 21 906 restes humains... Trop petits ou trop altérés, environ 9 000 d'entre eux n'ont pas pu être reconnus par les tests ADN. « L'état des restes humains allait de quelques corps presque complets à une multitude de petits fragments d'os carbonisés, souvent difficiles à distinguer de matériaux non organiques », expliquaient en 2005 les membres du groupe d'experts scientifiques et médicaux du 11 Septembre. En cause, des incendies restés actifs plus de trois mois avec des températures dépassant les 1 000 ºC. Mais aussi la pulvérisation des restes dans l'effondrement des tours.

 

Pendant une dizaine d'années, ces fragments humains anonymes ont été préservés sous une tente sécurisée dans le sud de Manhattan. A l'arrière, une chapelle était réservée aux familles. Depuis mai 2014, elles peuvent aussi se recueillir dans le sous-sol du musée du 11 Septembre, dans un espace dédié — baptisé Reflection Room (lieu de méditation) — où ont été transférés 7 230 restes.

 

Mais cette initiative est loin de faire l'unanimité. Sally Regenhard s'est longtemps battue en justice contre cette pièce « qui manque de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant