11-Septembre : les restes de victimes envoyés au musée, les familles choquées

le
0
11-Septembre : les restes de victimes envoyés au musée, les familles choquées
11-Septembre : les restes de victimes envoyés au musée, les familles choquées

Des milliers de restes non identifiés de victimes du 11-Septembre ont été transférés ce samedi au cours d'une discrète cérémonie à Ground Zero où s'élevaient les tours jumelles du World Trade Center et où se trouvent désormais un mémorial et un musée.

Ce transfert est vécu comme une «insulte» et un «sacrilège» par certaines familles de victimes, présentes samedi, et qui refusent que les restes de leurs proches soient entreposés dans le musée sous-terrain du 11-Septembre, aménagé sur l'ancien emplacement des tours newyorkaises dont l'effondrement a fait près de 3000 morts le 11 septembre 2001.

Le transfert a été effectué par une quinzaine de véhicules de la police, des pompiers et des autorités portuaires de la ville de New York et du New Jersey. Le cortège est parti du Centre médico-légal de New York dans l'Est de Manhattan et est arrivé vers 7 heures (13 heures en France) à Ground Zero, situé à l'extrême sud de l'île de Manhattan.

Les restes ont été transportés dans des boîtes métalliques utilisées par l'armée et enveloppés dans un drapeau américain. Les autorités avaient prévenu qu'il n'y aurait aucune cérémonie et que seuls les proches des victimes, contactés par courriel, pourraient y assister.

«Nous voulons un lieu séparé et distinct»

Sur les 2753 personnes déclarées disparues sur le site du World Trade Center le 11 septembre 2001, 1115 n'ont pas pu être identifiées ? soit environ 40% ?, selon des chiffres des services médico-légaux de New York. Les autorités avaient récupéré 21 906 restes humains dans la zone, dont 7 930 ne correspondent à aucun ADN apporté par les familles.

Rosaleen Tallon, la s?ur d'un pompier disparu dans les attentats, a affirmé que pour elle les restes humains «sont sacrés, identifiés ou non», ajoutant qu'il lui serait «très difficile» d'expliquer à ses enfants qu'ils ont été placés dans un musée.

«Nous voulons un lieu séparé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant