11 Septembre : 15 ans après, Obama vante la « diversité» face au terrorisme

le , mis à jour à 20:20
0
11 Septembre : 15 ans après, Obama vante la « diversité» face au terrorisme
11 Septembre : 15 ans après, Obama vante la « diversité» face au terrorisme

Les attentats les plus meurtriers jamais commis. Les Etats-Unis commémorent ce dimanche les 15 ans des attaques du 11 septembre 2001. De 8h46 à 10h28, quatre attentats-suicide coordonnés avaient fait près de 3.000 morts à New York, Washington et en Pennsylvanie.

 

Le président américain Barack Obama a fait une déclaration depuis le Pentagone, un lieu qui avait été visé il y a 15 ans. Il y a affirmé que la diversité était la «force» de l'Amérique, appelant à ne pas céder aux «terroristes» dont l'objectif est de diviser le pays. «Al-Qaïda ou le groupe Etat islamique savent qu'il ne pourront jamais vaincre une nation aussi forte que l'Amérique, alors ils essaient de terroriser en espérant que la peur nous dressera les uns contre les autres», a déclaré Barack Obama. 

 

«C'est pourquoi il est important aujourd'hui de réaffirmer qui nous sommes en tant que nation(...) car nous savons que notre diversité n'est pas une faiblesse, elle est et restera toujours l'une de nos principales forces», a-t-il poursuivi. Dans une allusion indirecte aux propositions controversés du candidat républicain Donald Trump, Barack Obama a rappelé que des gens «venus de tous les coins du monde, de toutes couleurs, de toutes religions» avaient fait de l'Amérique ce qu'elle est aujourd'hui.

 

VIDEO. Obama : la diversité fait la force des Etats-Unis

 

VIDEO. 11 Septembre : le terrorisme est devenu une menace globale

 

 

 

A New York ce dimanche, les noms des morts ont été lus dans une cérémonie du souvenir à Ground Zero, là où s'élevait le World Trade Center, et au pied du One World Trade Center, ou «Freedom tower», nouvelle tour, plus haute encore que les anciennes. Les deux candidats à l'élection présidentielle, la démocrate Hillary Cliton, sénatrice de New York au moment des attentats, et le républicain Donald Trump, magnat de l'immobilier du quartier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant