11 Novembre : «Il faut honorer» les soldats des colonies

le , mis à jour à 09:28
6
11 Novembre : «Il faut honorer» les soldats des colonies
11 Novembre : «Il faut honorer» les soldats des colonies

Au Musée national de l'Histoire de l'immigration à Paris, Saima, 15 ans, Française d'origine malgache, fait une découverte. « Je ne savais pas que Madagascar avait envoyé des milliers de tirailleurs lors de la guerre de 14-18. Ce sont mes ancêtres, alors c'est une fierté pour moi. Je connaissais l'histoire des poilus de France mais pas la leur », confie la demoiselle de La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

 

Saima fait partie des dix lycéens et étudiants habitant dans des quartiers populaires conviés hier matin par Hélène Geoffroy, la secrétaire d'Etat à la Ville, pour se plonger dans l'histoire des soldats des colonies, bien souvent méconnue des jeunes. « Si nous voulons construire un destin commun, nous avons le devoir de partager une mémoire ensemble », leur lance l'ancienne maire de Vaulx-en-Velin (Rhône) qui entend « inscrire tout le monde dans le roman national ».

 

Ayoub, en terminale littéraire à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), regrette d'avoir abordé « trop brièvement » cette question en cours. « A une époque où les clivages divisent la société, cette reconnaissance pourrait permettre de rapprocher les gens, de créer davantage de liens entre eux. La France a une histoire plurielle, elle doit l'assumer », martèle ce petit-neveu d'un tirailleur marocain de la Seconde Guerre mondiale. Mouna, élève de seconde qui a du sang tunisien, et Asma, aux racines algériennes et tunisiennes, se souviennent également qu'en classe de 3e, « pas un mot » n'a été dit sur le rôle des troupes en provenance du continent africain. « C'est triste, elles ont pourtant servi la France, il faut les honorer », répètent-elles avant de s'arrêter sur une affiche de propagande présentant de manière caricaturale un tirailleur sénégalais en grand enfant rieur.

 

Très intéressé par le destin de la « force noire », Lyes, étudiant de Sartrouville (Yvelines) en première année de fac d'histoire, pense que « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 5 mois

    Et oublier les autres, c'est la mode des temps qui courre

  • erictato il y a 5 mois

    Recherche faite, le seul contingent australien a compté deux fois plus de soldats que toutes les troupes coloniales françaises et la mortalité fut identique. 85% des soldats français furent des métropolitains.

  • erictato il y a 5 mois

    Ce titre est une plaisanterie, on ne parle plus que des coloniaux depuis quelques années, bientôt on oubliera qu'il n'y a pas eu qu'eux. Et que dire des contingents australiens et néozélandais qui ont connu plus de morts que nos coloniaux ?

  • M7403983 il y a 5 mois

    Le 11 novembre, on commémore nos morts. Ma grand mère y a eu 3 de ses frères tués : deux gazés et le troisième réduit en (bouillie) dans les tranchées. Paix à leurs âmes.

  • frk987 il y a 5 mois

    Les monuments aux morts indiquent les morts de la commune, on n'empêche pas le Sénégal d'ériger des monuments aux morts pour leurs ressortissants.

  • Aston54 il y a 5 mois

    Que je sache sur les monuments aux morts dans nos communes, il est généralement indiqué "aux soldats morts pour la France". Donc en bon français, cela veut dire que la France est reconnaissante à TOUS les soldats ayant combattus sous ses couleurs. Je ne vois pas ce que l'on à gagner à rendre hommage aux malgaches, sénégalais etc... à part remforcer le communautarisme!!! Les anglais, américains, néo-zélandais n'en demande pas tant!!!!