11,9 % de profs en grève contre la réforme du collège selon l'Education nationale

le , mis à jour à 18:07
2
11,9 % de profs en grève contre la réforme du collège selon l'Education nationale
11,9 % de profs en grève contre la réforme du collège selon l'Education nationale

La publication au journal officiel du décret sur la réforme du collège n'a pas entamé leur mobilisation. Selon le ministère de l'Education, quelque 11,90% des professeurs de collèges publics étaient en grève ce jeudi, alors que le texte a été publié le 20 mai dernier. Le SNES, premier syndicat dans le secondaire et membre de l'intersyndicale, annonçait pour sa part «un tiers» de grévistes dans les collèges. A Paris, une manifestation régionale a rassemblé plusieurs centaines de personnes. D'autres rassemblements ont eu lieu en province, avec 380 personnes à Toulouse selon la police, 500 selon les organisateurs.

Une première journée de grève, le 19 mai, avait été suivie par 27,6% des enseignants des collèges publics selon le ministère, le double selon l'intersyndicale. Mais contrairement au mouvement du 19 mai, il n'y a eu aucun appel à la grève dans les établissements du privé, auxquels la réforme du collège, prévue pour la rentrée 2016, s'applique également. Le Snalc, syndicat classé à droite, n'a pas, lui non plus, appelé à la grève pour ce jeudi. Il demande cependant aux professeurs de cesser le travail pendant les écrits et les corrections du brevet, l'examen de fin de 3e.

«J'entends les inquiétudes qui s'expriment et c'est pourquoi ma porte est toujours ouverte pour discuter des modalités d'application de cette réforme», a déclaré la ministre Najat Vallaud-Belkacem jeudi matin, soulignant : «II y a encore des malentendus, de la pédagogie à faire, des gages à apporter pour rassurer sur le fait qu'ils (les professeurs) pourront à la rentrée 2016 mettre en oeuvre cette réforme dans de bonnes conditions».

VIDEO. Profs des collèges en grève : «ma porte est ouverte», assure Vallaud-Belkacem

La réforme du collège a suscité de nombreuses polémiques depuis sa présentation en mars. La suppression d'une large partie des classes bilangues et des options latin et grecs ont provoqué la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le jeudi 11 juin 2015 à 18:29

    Une grêve pour rien, une Loi absurde passée sans forcer. Les Français paieront une fois de plus; Non, pas par les impôts mais par les taxes : NUANCE ....

  • frk987 le jeudi 11 juin 2015 à 18:11

    Grève au mois de juin alors que les écoles sont en quasi vacances, faut quand même pas prendre les enseignants pour des billes !!!!