100.000 peines de prison ferme non exécutées

le
3
L'affaire de Dreux relance la question de l'exécution des peines, véritable maillon faible de la chaîne pénale ­française.

Entre 80.000 et 100.000 peines de prison ferme sont actuellement «en attente d'exécution». Dans ce «stock» de personnes condamnées mais non incarcérées, essentiellement des peines de moins de deux ans de prison. Les raisons à cela? Un engorgement des greffes, un manque de concertation entre magistrats du parquet et du siège et une surpopulation carcérale que la justice ne saurait ignorer… Un chiffre récurrent, largement mis en avant par l'ancienne majorité, qui, pour endiguer le phénomène, avait prévu, à travers la loi sur l'exécution des peines de mars 2012, de créer plus de 24.000 places de prisons supplémentaires à l'horizon 2017, afin de porter le nombre de places disponibles à 80.000. À ce jour, les prisons françaises comptent 68.500 détenus pour 57.300 places.

«L'actuelle garde des Sceaux a supprimé les trois quarts de ce...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M608962 le lundi 5 aout 2013 à 15:00

    alors la taubira ,c'est ça ta justice ,au boulot

  • papy988 le lundi 5 aout 2013 à 06:21

    Ump ps même combat. Il n'y a plus que le FN pour sauvez la France.

  • M1531771 le dimanche 4 aout 2013 à 23:12

    De quoi faire plaisir au peuple de gauche....! Juste à espérer qu'un jour il sera lui aussi victime de sa démagogie !