10 initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire

le
1

INFOGRAPHIE - Opération «Gueules cassées» des producteurs de fruits et légumes, cantines «zéro gaspil», encouragement des «doggy bag» dans les restaurants... près de 200 actions de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage sont menées aujourd'hui.

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, qui représente 20 à 30 kilos de produits alimentaires par an et par ménage, près de 200 actions de sensibilisation et une campagne de communication sont lancées aujourd'hui à l'initiative du gouvernement. Revue de détail des actions les plus marquantes:

o «Qu'est-ce qu'elle a ma gueule?» Dans la lignée de la promotion des «légumes moches» par Intermarché, les producteurs de fruits et légumes lancent la marque des «Gueules cassées» pour promouvoir les tomates biscornues, les abricots déformés et autres légume altérés . Une campagne de communication encourage les ménages à remplacer une fois dans l'année un produit traditionnel par l'un de ses équivalents «gueule cassée», «parce qu'on a tous droit à notre jour de gloire». 300 points de vente partenaires mettront en avant ces fruits et légumes «moins jolis et pourtant exquis».

o Des cantines «Zéro Gaspil». La 8e entreprise nationale de restauration scolaire, Mille et un repas, promeut une nouvelle organisation des repas qui limite le gaspillage alimentaire. «Le self linéaire avec ses multitudes de choix et ses portions toutes faites et trop copieuses entraîne souvent du gâchis», constate l'enseigne. Leur remède: l'élève se sert d'abord une ou plusieurs entrées, à volonté, puis vient se servir un plat chaud, dont l'accompagnement est également à volonté. Le dessert et le fromage sont en revanche portionnés. L'intérêt de ce système? Les élèves mangent à leur faim, et chaud. En contrepartie, ils s'engagent à ne rien laisser dans leur assiette. Les restes ont pu être réduits de 167grammes par repas - la moyenne nationale- à moins de 10 grammes.

o Autre acteur de la restauration collective, Sodexo lance, dans le même esprit, l'opération «Moins de miettes c'est plus d'assiettes!». Deux semaines par an depuis 2012, le restaurateur récupère le pain jeté en fin de repas et l'expose dans des sacs transparents le lendemain. La semaine suivante, l'opération est renouvelée. La quantité de pain «économisée» entre les deux vagues de ramassage est donnée aux Restos du coeur sous forme de dons de repas (un sac économisé = deux repas offerts).

o Checkfood, une application pour se rappeler quand les produits que nous avons acheté sont sur le point de se périmer. L'utilisateur de cette application gratuite pour téléphone mobile scanne le code barre d'un produit, et reçoit une alerte lorsque sa date de péremption approche. Il peut alors choisir entre le manger et le donner...

o Des doggy bag au restaurant. Selon un sondage publié en juin dernier, les trois quarts des consommateurs sont prêts à utiliser le doggy bag, ce sac qui permet de rapporter à la maison ce que l'on n'a pas consommé au restaurant. Une pratique très développée outre-Atlantique. Près de 60% des personnes interrogées affirment ne pas toujours finir leur assiette... Un accord a été passé l'année dernière entre le ministère de l'Agriculture et les restaurateurs.

o Des associations à Rungis. Plusieurs marchés de gros de France donnent à des associations leurs aliments invendus. Les marchés de Rungis, Perpignan, Marseille, Angers et Lille emploient de surcroît des personnes en chantiers d'insertion pour recueillir, trier et nettoyer les denrées à distribuer aux associations. En 2013, 74 salariés ont été employés et 3 270 tonnes de fruits et légumes sauvées de la poubelle.

o Des «disco soupes» pour valoriser les denrées jetées. Depuis 2012, des évènements Disco soupes sont régulièrement organisés pour sensibiliser au gaspillage. Le concept: «des sessions collectives de cuisine de fruits et légumes rebuts ou invendus dans une ambiance musicale et festive». Les soupes, salades ou smoothies confectionnés sont ensuite redistribués gratuitement ou à prix libre. Rien que sur la première moitié de l'année, 180 évènements Disco soupes ont été organisés dans 86 villes et 10 pays différents. 25.000 kilos de fruits et légumes ont été épargnés.

o Un serious game pour mieux consommer. L'Association nationale des industries agroalimentaires (ANIA) lance le jeu éducatif en ligne JeuxNeGaspillePas. Plusieurs jeux sont proposés: «Mieux acheter», «Mieux ranger» et «Mieux consommer», pour apprendre à jeter moins. Saviez-vous qu'un pot de fromage blanc se garde 3 ou 4 jours une fois entamé ou que les plats faits maison doivent être consommés dans les 48 heures?

o Des ateliers pour apprendre à cuisiner les restes. À Paris, l'association Salé Sucré propose des cours de cuisine aux adultes et aux enfants. Au menu: croquettes de légumes, tempuras d'épluchures, mousses de frutis, rouleaux de printemps... De tels atelier cuisine «anti-gaspi» sont aussi organisés à Rezé, en Loire-Atlantique, à Béthune, dans le Nord-pas-de-Calais ou encore à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. À Sarcelles, en Seine-Saint Denis, un concours de recettes à base de restes est même organisé.

o Le jardinage contre le gaspillage. Une association girondine, le Bocal Local, propose de lutter contre le gaspillage issu... des jardins potagers. Pour éviter que fruits et légumes non récoltés dans les jardins privés se perdent, l'association intervient chez les particuliers: elle entretient les jardins, récolte les fruits et légumes non consommés et les redistribue à ceux qui en ont le plus besoin.

» Pour accéder à l'ensemble des manifestations en France à partir de ce 16 octobre, consultez le site du ministère.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • imagine7 le jeudi 16 oct 2014 à 12:32

    Les grandes surface devraient montrer l'exemple en jetant moins à la poubelle ex: Intermarché de chez moi met de l'eau de javel pour que les gens ne prennent rien.