10 bonnes questions après les 8e de finale

le
0
10 bonnes questions après les 8e de finale
10 bonnes questions après les 8e de finale

La France qui galère, l'Espagne et l'Angleterre qui trépassent, la Belgique qui cartonne : les 8e de finale ont livré leur verdict mais n'ont pas écarté toutes les interrogations. Session de rattrapage.

L'Angleterre peut-elle organiser un référendum pour rejouer son quart de finale ?



Une défaite 2 buts à 1 face à un petit poucet élevé à l'ombre des volcans et à la viande de requin faisandé, ça laisse des traces. Première victime : le sélectionneur Roy Hodgson, qui a annoncé sa démission à l'issue de la rencontre face à l'Islande. Deuxième lame : la plèbe anglaise, qui, au lendemain du quart de finale, monte une pétition qu'accepte d'héberger le site du Parlement, lui aussi indigné. L'intitulé : "Pour organiser un match retour Angleterre-Islande, avec les vrais Wayne Rooney et Harry Kane." Six millions de Britanniques signent le texte, que le Parlement s'empresse d'organiser. La mesure passe de justesse avec 53,7% des voix et est transmise à l'UEFA, accompagné d'un mot précisant que la perpétuelle irruption du vent sur les coups francs anglais est clairement signe d'une quelconque magouille volcanique. David Cameron prend la tête du mouvement des "pour" et en profite pour se refaire la cerise dans les sondages, alors que le match retour est organisé le jeudi 30 juin à Nice, déserté par les supporters. L'Islande s'impose finalement 1-0 sur une cagade de Hart à la 84e minute. On ne refait pas l'histoire.



Et si les Belges n'étaient finalement que des grands enfants ?



L'image a fait le tour des médias belges : Vital Borkelmans, adjoint de la sélection belge, avec une tétine dans la bouche lors du quart de finale face à la Hongrie. Tout un symbole. Tranquillement qualifiés 4-0 face à une jolie team qui aura fait honneur à ses ainés, les Diables Rouges adoptent finalement la posture du gamin en développement. Patrick Estrade, psychothérapeute : "L'enfant a besoin d'éprouver la solidité du parent, de sentir des limites. Aussi va-t-il les tester pour savoir jusqu'où il peut aller." D'où 80 minutes à jouer avec sa proie avant de salir la couche et d'inscrire 4 buts au coeur d'une défense aux abois. Eden Hazard qui joue les éclopés, Marc Wilmots qui continue de…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant