1 million de maisons «fantômes» en Italie

le
0
De nombreuses demeures inconnues du fisc et échappant à l'impôt foncier ont été découvertes.

Dans le Nord, Cuneo, ville piémontaise de 52.000 habitants, détient le pompon. Dans le Sud, on a l'embarras du choix entre Naples, Palerme ou Reggio de Calabre. Ce sont les villes d'Italie qui se distinguent par un record de maisons et d'appartements «fantômes». En d'autres termes, des demeures inconnues du percepteur et échappant à l'impôt foncier. Le ministère des ­Finances en a recensé l'an dernier plus d'un million. Pour être exact, il en a compté 1.081.698. Le fisc explique être arrivé à ce résultat en superposant «des photographies aériennes de haute résolution et des cartes du cadastre». En fait, il dispose d'une pléthore de moyens pour effectuer ce recensement. Encore faut-il une volonté politique. Or, jusqu'à ces dernières années, celle-ci a fait défaut. Dans les derniers mois du gouvernement Berlusconi, une prise de conscience s'était toutefois amorcée: le recensement se réfère à 2011 et la découverte de ces biens immobiliers devrait faire rentrer 472 millions d'euros dans les caisses de l'État. Mais, avec Mario Monti, au pouvoir depuis novembre, la traque aux fraudeurs s'est faite systématique: contrôles spectaculaires dans les lieux à la mode (thermes, stations de ski, quartiers chics). Et enquêtes sur le cadastre. Quelque 150 milliards échappent chaque année au fisc. Le percepteur en a récupéré 11 l'an dernier. Cette année, le butin sera assurément plus ­important.

LIRE AUSSI:

» Les cent jours qui ont changé l'Italie

» Monti déclare la guerre aux fraudeurs fiscaux italiens

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières en France et dans votre région

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant