1 automobiliste française sur 5 consulte ses SMS au volant

le
0
21% des femmes avouent lire ou composer des SMS au volant de leur voiture. Jinga /shutterstock.ccom
21% des femmes avouent lire ou composer des SMS au volant de leur voiture. Jinga /shutterstock.ccom

(Relaxnews) - Bien qu'elles soient plus raisonnables que les hommes en ce qui concerne la conduite sous l'emprise de l'alcool ou de la fatigue, les femmes transgressent aussi le Code de la route en ne s'arrêtant pas souvent au feu orange ou en composant des SMS tout en conduisant, selon une étude sur le comportement des Françaises au volant d'Axa Prévention.

Les automobilistes françaises se sentent particulièrement concernées par les dangers liés à l'alcool au volant. Pour 80% d'entre elles, conduire après avoir bu plus de deux verres d'alcool est jugé dangereux, une opinion partagée par seulement 74% des hommes. Dans les faits, seules 18% des conductrices avouent prendre le volant après avoir consommé ces deux verres, contre 34% des hommes qui prennent ce risque.

Les femmes sont également plus sensibilisées aux effets de la fatigue, bien qu'elles soient 43% à reconnaître prendre le volant ou continuer de conduire alors qu'elles se sentent fatiguées, contre 51% des hommes.

Moins d'excès de vitesse...

Que ce soit en ville ou sur route, les femmes sont d'une manière générale plus respectueuses des limitations de vitesse que les hommes. Aujourd'hui, 42% des conductrices roulent à 65km/h en ville, contre 49% des hommes. Les plus respectueuses des limitations de vitesse sont les femmes de 50 à 64 ans, puisque seules 29% d'entre elles avouent les dépasser. A l'inverse, les femmes de 25 à 34 ans sont 58% à rouler au-dessus de 65km/h. La différence est tout aussi marquée sur autoroute où 15% des conductrices roulent à 160/170km/h, une infraction pratiquée par 23% des hommes.

... mais davantage de feux brûlés

Pour autant, leur comportement n'est pas forcément parfait pour autant. Par exemple, les conductrices sont encore plus nombreuses que les hommes à ne pas s'arrêter au feu orange (77% contre 75%). De plus, elles sont presque autant (76%) à relativiser le fait de slalomer pour changer de file fréquemment. Autre mauvais point pour les conductrices, elles sont 21% à consulter ou envoyer des SMS au volant, contre 15% des hommes interrogés. Elles sont toutefois un peu moins nombreuses (35%) que les hommes (39%) à admettre téléphoner, avec ou sans kit main-libres, pendant qu'elles sont sur la route.

Au final, le sentiment d'insécurité sur la route est plus élevé chez les femmes (41%) que chez les hommes (28%).

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), les femmes ont moins d'accidents, mortels ou non, que les hommes : 24% des tués sur les routes sont des femmes contre 76% d'hommes. Elles ne représentent que 18% des conducteurs à l'origine d'accidents mortels et seulement 26% des responsables d'accidents corporels non-mortels.

Cette enquête d'AXA Prévention a été réalisée par téléphone, du 21 janvier au 2 février 2013, auprès d'un échantillon national représentatif de 1.065 personnes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant