1,8 M? dans le siège de l'Audi

le
5
1,8 M? dans le siège de l'Audi
1,8 M? dans le siège de l'Audi

Comment les douaniers s'y prennent-ils pour traquer les fraudeurs? Certains signes les alertent, comme les passagers qui bafouillent nerveusement en agrippant leur valise, ou qui tentent de s'opposer à l'ouverture de leur sac par un sonore : « Laissez, je vais le faire moi-même ! » « Le plus stressant, ce sont les contrôles ferroviaires : un TGV compte 400 passagers et nous ne sommes que 5 ou 6 douaniers. Il faut aller vite et noter tous ces petits signes comportementaux », raconte le douanier Daniel*, la quarantaine sportive, qui affiche treize années de contrôles au compteur.

Dans les gares, dans les aéroports, aux péages autoroutiers, sur les départementales ou à n'importe quelles terrasses de café, les 17000 agents des douanes sont autorisés à pratiquer des contrôles sur tout le territoire national. Pas seulement lors d'un passage de frontière. « 90% des fraudeurs que nous attrapons ne sont pas des professionnels. Ce sont des gens sans histoires qui décident de ne pas payer les taxes et comptent sur la chance pour passer à travers nos contrôles. » Cela marche souvent. Mais les douaniers ont aussi leur flair.

Fin 2012, à Paris, à bord d'un bus Eurolines à destination de l'Espagne, ils repèrent ainsi tout de suite ce jeune homme encombré de grands sacs plastique. « J'ai fait de grosses courses », tente de justifier le garçon, qui transportait en fait? 600000 ?. Autre astuce, « l'appât » : sur l'autoroute vers Montpellier, au printemps dernier, un couple dans une berline haut de gamme avait caché 20000 ? dans la boîte à gants, en espérant que les douaniers ne trouveraient pas les 300000 ? dissimulés dans la roue de secours et la porte arrière du coffre. Plus original : le paquet de biscuits bourré de grosses coupures. Plus classique, la ceinture-banane tellement visible qu'on est censé l'oublier?

Cécile*, une douanière travaillant à la frontière suisse, se souvient encore de ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Rockfund le vendredi 20 sept 2013 à 14:07

    Quand on prétend pas cacher du blé on roule en Dacia bordeI, et pas sur les grands axes à tombeau ouvert...

  • lorant21 le lundi 9 sept 2013 à 12:41

    pourtant 600 000€ à bord d'un bus Eurolines, j'aurai cru que c'était imparable. Incroyables ces douaniers! je passe assez souvent en Suisse (trajet plus court via Genève que via A40), je ne me suis jamais fait controler (et je n'ai jamais rien transporté d'illégal, non plus..).

  • maijerev le lundi 9 sept 2013 à 09:42

    les vrais voyous sont eux. passer de l'argent probablement sale (ou en devenir) et vouloir profiter du système francais (école gratuite, sécurité, route, sécu, retraite ...).Des voyous quoi !

  • md24750 le lundi 9 sept 2013 à 08:17

    Il faut rester ZEN face aux contrôles. Si quelqu'un a de l'argent à transférer incognito, je veux bien m'en charger....je connais déjà Genève...... moyennant finance bien sûr !

  • supersum le dimanche 8 sept 2013 à 16:52

    "comme les passagers qui bafouillent nerveusement en agrippant leur valise "... Entre nous c'est vraiment un kon