1 400 migrants de Birmanie et du Bangladesh sauvés en Indonésie et en Malaisie

le
0
1 400 migrants de Birmanie et du Bangladesh sauvés en Indonésie et en Malaisie
1 400 migrants de Birmanie et du Bangladesh sauvés en Indonésie et en Malaisie

Au lendemain de l'arrivée d'un premier groupe de 587 personnes sur les rivages de la Malaisie et de l'Indonésie, les autorités ont sauvé, lundi, près de 1 400 personnes à bord de quatre bateaux de réfugiés venus de Birmanie et du Bangladesh.

Chaque année, des dizaines de milliers de candidats à l'exil transitent par le sud de la Thaïlande vers la Malaisie pour fuir la pauvreté au Bangladesh ou la violence contre la minorité musulmane Rohingyas en Birmanie qui est considérée par l'ONU comme l'une des plus persécutées au monde. La Birmanie, à dominante bouddhiste, considère les quelque 800 000 Rohingyas comme des immigrants bangladais illégaux.

Depuis peu, la Thailande, qui était un point de passage de ces migrants, a décidé de réprimer le trafic des clandestins après la découverte de fosses communes contenant les dépouilles de plusieurs d'entre eux en pleine jungle. Du coup, selon les autorités en Malaisie, les passeurs ont vraisemblablement abandonné ces migrants dans des eaux peu profondes au large de l'île touristique de Langkawi. «Nous pensons qu'il y avait trois bateaux avec à bord 1 018 migrants», a expliqué Jamil Ahmed, chef adjoint de la police.

A l'approche de la saison des pluies, les autorités s'attendent à un afflux massif dans les prochains jours. Comme en Malaisie, les autorités indonésiennes ont appelé les pêcheurs en renfort pour aider à patrouiller dans les eaux d'Aceh.

Selon Chris Lewa, de l'association Arakan Project, des milliers de personnes seraient bloquées en mer à la suite des campagnes de répression du trafic d'être humains lancées récemment en Thaïlande mais aussi en Malaisie. «La Thaïlande tente d'empêcher les passeurs de faire leurs affaires ce qui les contraint à partir ailleurs», a-t-elle expliqué en ajoutant: «Les passeurs se servent des bateaux comme de camps. Les gens tentent tout simplement de débarquer avant de mourir faute de nourriture.»

Pour l'heure, ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant